/misc
Navigation

Nos auteurs

Sarah Bélisle

(Encore) une patate chaude

Coup d'oeil sur cet article

Le dernier rebondissement dans la saga des dénonciations d’inconduite sexuelle en a pris plus d’un par surprise cette semaine, alors qu’une élue à l’origine de dénonciations passées s’est elle-même retrouvée au banc des accusés.

La néo-démocrate d’Abitibi-Témiscamingue Christine Moore aurait harcelé un vétéran du nom de Glen Kirkland, a-t-il raconté.

Usant de sa position de députée, selon lui, elle lui aurait entre autres fait des avances, envoyé des messages explicites et se serait rendue chez lui à l’improviste. Il n’a pas manqué de souligner l’ironie, voire « l’hypocrisie » de la situation, Mme Moore ayant joué un rôle dans la chute d’autres élus pour des affaires d’inconduite sexuelle.

Mme Moore livrait récemment un vibrant plaidoyer pour inciter à la dénonciation de toutes formes de harcèlement. « On ne peut pas rester silencieux. »

Son chef, Jagmeet Singh, l’a suspendue de ses fonctions et a lancé une enquête. C’est le second cas de harcèlement en peu de temps qu’il doit gérer. Toute une patate chaude dont il se serait bien passé.


Michel Picard, PLC

Photo d'archives

Le député libéral de Montarville, au Québec, s’est mis le pied dans la bouche lundi alors que la nouvelle commissaire de la GRC (et première femme à occuper ce poste) était de passage en comité. « Comment une femme va dire aux hommes comment se comporter ? (How will a lady tell the guys how to behave) », lui a demandé Michel Picard. « On le fait tout le temps. Ça fait partie de nous. Demandez à mon mari », a rétorqué Brenda Lucki. L’élu s’est excusé sur Twitter pour sa question « mal formulée ».


Ted Falk, PCC

Photo d'archives

Le député conservateur du Manitoba Ted Falk s’est attiré les foudres de toutes parts après avoir hurlé aux Communes que l’avortement « n’est pas un droit ». « Horrible », a protesté Anne Quach du NPD, lançant le bal des critiques. Alain Rayes est l’un des seuls du PCC à avoir dénoncé ces propos. D’autres ont préféré fuir les questions. Mis dans l’embarras, le chef Andrew Scheer (lui-même antiavortement) a assuré qu’il n’avait pas l’intention de rouvrir le dossier, sans plus. Le tout a mis en lumière l’ambiguïté conservatrice sur l’épineuse question. D’autant plus que des élus du PCC ont ensuite pris part à une manif pro-vie.


Jim Balsillie

Photo d'archives

Les géants américains du web, comme « Facebook et Google sont des compagnies bâties exclusivement sur le principe de la surveillance de masse. Leurs revenus proviennent de la collecte et de la vente de toutes sortes de données personnelles, parfois sans conscience morale ». Le président du Conseil des innovateurs canadiens, Jim Balsillie, n’y est pas allé de main morte en comité pour exhorter Ottawa à réglementer l’usage des données et protéger la vie privée, à l’instar d’autres pays. Il en va de notre liberté, de notre souveraineté et de notre vie tout entière, a-t-il plaidé.