/news/currentevents
Navigation

Il aurait dérobé 370 000 $ à McGill pour ses rénos

L’Université s’est entendue discrètement avec son ex-directeur adjoint après sa démission

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien directeur de l’Université McGill aurait détourné des centaines de milliers de dollars de fonds publics pour rénover sa maison, a appris notre Bureau d’enquête. L’établissement s’est discrètement entendu « à l’amiable » avec lui pour récupérer 369 852 $, mais doit maintenant s’adresser à la cour pour ravoir son argent.

Les faits reprochés à Donald Nycklass, ancien directeur adjoint pour les résidences, bâtiments et installations de McGill, rappellent deux autres cas de cadres d’établissements publics qui ont profité de leur position pour s’enrichir indûment depuis 2006.

Donald Nycklass, ancien directeur adjoint pour les résidences, bâtiments et installations de McGill, est aujourd’hui chargé de projet chez VIA Rail.
PHOTO TIRÉE DE LINKEDIN
Donald Nycklass, ancien directeur adjoint pour les résidences, bâtiments et installations de McGill, est aujourd’hui chargé de projet chez VIA Rail.

L’Université a déclenché une enquête interne en 2017, selon des documents judiciaires consultés par notre Bureau d’enquête.

« La vérification de McGill a permis de confirmer que M. Nycklass – qui était responsable de l’achat des produits et services destinés aux résidences des étudiants de McGill – s’était servi de son poste pour acheter des produits destinés à être utilisés pour sa résidence personnelle », mentionne une avocate de l’établissement dans une déclaration à la Cour supérieure.

L’Université, financée à moitié par Québec et Ottawa, a déposé en preuve des liasses de factures pour différents produits et services en construction, libellées au nom de 13 entreprises de quincaillerie, de construction et de rénovation différentes.

« Accord confidentiel »

En août 2017, McGill et Nycklass se sont entendus pour ne pas ébruiter l’affaire et ont signé un accord secret. À cette époque, l’Université avait trouvé pour « seulement » 207 787 $ de fausses factures au profit de son cadre.

En plus de démissionner sur-le-champ, Nycklass s’engageait à rembourser cette somme à McGill en vendant sa luxueuse maison de Laval, dans les 12 mois.

« Les parties se mettent d’accord sur le fait que le présent accord devra rester confidentiel et qu’il ne devra pas être divulgué à des tierces parties [...]. Dans l’éventualité où des questions sont posées par un média, ou dans le cas de demandes de références, l’Université déclarera que l’employé a démissionné à des conditions satisfaisantes pour l’Université. »

McGill acceptait aussi de ne pas engager d’autres procédures contre son ancien cadre. Malgré les allégations de fraude qu’elle a formulées à son endroit, l’Université s’engageait notamment à ne pas déposer de plainte criminelle contre lui, selon l’accord déposé à la Cour supérieure.

Plus de fausses factures

Mais Nycklass n’aurait pas tout dit. En poursuivant ses recherches après la signature de l’accord, McGill dit avoir trouvé pour 162 050 $ d’autres sommes détournées et a exigé en novembre d’être remboursée dans les 10 jours, dans une mise en demeure déposée à la Cour supérieure.

Six mois plus tard, l’établissement dit n’avoir reçu aucune réponse de Nycklass, aujourd’hui chargé de projet pour la société ferroviaire fédérale VIA Rail à Toronto, selon sa page LinkedIn.

– Avec Andrea Valeria

 

Rénovée sur le bras de l’université

Photo tirée du site quebeczoom.com

Pour rembourser l’Université McGill, son ancien cadre Donald Nycklass a hypothéqué sa luxueuse maison de Laval et l’a mise en vente.

L’annonce du courtier responsable fait grand cas de récents travaux de rénovation, dont une bonne partie aurait été réalisée sur le bras de l’Université, si on en croit les documents qu’a déposés l’établissement à la Cour supérieure.

« INCROYABLE MAISON incluant des rénovations récentes uniques. [...] Les planchers et moulures récemment refaits partout dans toute la maison [sic]. C’est vraiment une propriété clé en main ! » mentionne la publicité.

Photo tirée du site quebeczoom.com

Parmi les factures qu’a déposées McGill, certaines concernent la fourniture de moulures, de planchers et de bois.

Photo tirée du site quebeczoom.com

Le courtier mentionne aussi une série de rénovations réalisées en 2016 et 2017 dans les salles de bain, les fournaises et les thermopompes, le toit, le sous-sol et la cave à vin, la cuisine...

Photo tirée du site quebeczoom.com

Nycklass demande 925 000 $ pour la maison, qu’il a payée 685 000 $ en 2016.

 

D’autres cas semblables

Le cas de Donald Nycklass et de l’Université McGill rappelle deux autres cas de détournements de fonds par des cadres responsables de l’immobilier dans des hôpitaux, révélés par notre Bureau d’enquête.

En 2006 et 2007

Pierre-Paul Poulin / Le Journal

L’ancien directeur adjoint du Centre universitaire de santé McGill, Yanai Elbaz, a détourné des matériaux du chantier de rénovation de l’hôpital Royal Victoria vers celui de sa maison de luxe. Un architecte lié à l’hôpital a aussi dessiné les plans de la résidence.

En 2016

Photo tirée de Facebook

Le directeur des ressources matérielles de l’Hôpital St. Mary, Magdi Kamel, a démissionné après que l’administration lui eut reproché de s’être fait rembourser frauduleusement 410 000 $. Après avoir déposé une poursuite contre son ancien cadre, l’établissement s’est désisté pour signer une entente hors cour.

 

Pourquoi régler hors cour ?

« Régler hors cour et se faire rembourser, ce n’est pas la meilleure pratique en éthique et en prévention de la fraude, mais c’est l’approche ayant le rapport coût/bénéfice le plus raisonnable, en termes comptables. »

– Messaoud Abda, spécialiste en conformité financière

 

« C’est assez répandu dans les organisations. En général, comme employeur, si je dépose une plainte criminelle, le temps que la poursuite se fasse, je ne récupérerai pas mon argent. Ça peut être une décision d’affaires. »

– Marie-Soleil Tremblay, professeure à l’École nationale d’administration publique