/auto/news
Navigation

La SQ se dote de motos Harley-Davidson

Coup d'oeil sur cet article

La Sûreté du Québec (SQ) a fait l'acquisition de quatre motos Harley-Davidson, une première depuis l'abandon de la marque il y a près de 25 ans.

Ce retour a un côté historique pour la SQ. «C'est le premier véhicule qui a permis aux policiers de la Sûreté de se rendre sur les appels dans les années 20, 30, 40», a expliqué Jocelyn Descent, officier protocolaire à la SQ.

«Les policiers n'avaient pas de véhicules encore et circulaient sur les motos Harley [...] On est très fiers de ces nouveaux bolides», a poursuivi le sergent Stéphane Bilodeau, qui est membre de l'escouade à moto de la SQ.

Les motos Harley-Davidson, évaluées à 30 000 $ chacune, ne seront toutefois pas utilisées au jour le jour par les policiers, mais seulement lors de cérémonies protocolaires ou pour escorter des dignitaires.

Les motos de marque BMW déjà en service, quant à elles, seront toujours utilisées lors des opérations quotidiennes de la SQ.

Les bolides de marque Harley pourraient notamment être vus du côté du G7, en juin prochain.

«Il y en aura deux au quartier général de Mascouche et deux à celui de Trois-Rivières. Ça nous permettra de desservir l'ouest et l'est de la province», a précisé M. Descent.

La SQ n'a pas eu besoin de modifier ses motos, celles-ci ayant été livrées avec tous les équipements nécessaires pour les policiers.

«Harley fabrique des motos spécialement pour les corps policiers avec un couple plus élevé que les motos standards qu'on vend ici, au concessionnaire», a expliqué le directeur des ventes chez le concessionnaire Harley-Davidson de Bécancour, Michel St-Pierre.

«Ce sont des motos qui gardent une excellente valeur de revente. Dans ce temps-là, la SQ les déshabille. Ils enlèvent tout ce qui est relié à la police et ils peuvent les vendre sur le marché standard à bon prix. Ça permet au gouvernement de récupérer une partie des sommes investies, contrairement aux motos japonaises ou autres, qui se déprécient beaucoup plus», a ajouté M. St-Pierre.

– D'après un reportage de Jonathan Roberge