/24m/urbanlife
Navigation

Station F-MR : Les anciens wagons de métro renaîtront à Montréal

Frédéric et Étienne Motin-Bordeleau, fondateurs de l'organisme MR-63
Photo Dario Ayala, Agence QMI Les frères Frédéric (à gauche) et Étienne Morin-Bordeleau (à droite), les fondateurs de l'organisme MR-63.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Une centaine de bénévoles ont participé au cours des trois dernières semaines à la construction d’une place publique éphémère, située au bord du canal de Lachine à Montréal, donnant une seconde vie aux anciens wagons du métro.

Coups de pinceau, jardinage, construction de mobilier et lavage des anciennes voitures, voilà les dernières tâches qui ont occupé les participants durant le week-end avant d’ouvrir officiellement la Station F-MR ce mercredi.

Quatre voitures de métro MR-63 seront aménagées dans le cadre de ce projet pour en faire un espace pour les spectacles, une boutique pour les créateurs locaux, une galerie d’art, un café et une aire de détente.

« C’est vraiment un lieu public pour découvrir les talents et la culture de Montréal », explique Frédéric Morin-Bordeleau, l’un des concepteurs de cette installation éphémère.

Participation citoyenne

Ouverte jusqu’au mois d’août dans l’arrondissement du Sud-Ouest, la Station F-MR a été construite en grande partie par les bénévoles de Bellastock.

« Bellastock, c’est une organisation qui améliore les espaces publics communs avec l’aide des citoyens », souligne Perrine Austruy, responsable des communications dans le cadre de ce projet.

« En gros, ils ont les compétences en architecture et en construction, puis ils réunissent un maximum de bénévoles pour améliorer les lieux publics comme le nôtre. Ce sont souvent des étudiants en urbanisme ou en architecture qui veulent mettre en pratique ce qu’ils apprennent en cours », ajoute-t-elle.

Iseult Séguin Aubé, architecte paysagiste et bénévole à la Station F-MR, a raconté au « 24 Heures » les défis qu’elle a parcourus dans le cadre de sa participation.

« Les citoyens nous donnent toutes sortes de plantes et il faut créer un paysage cohérent dans la station avec ça, on fait de notre mieux. Le plus gros défi, c’est de réussir à cacher le métal de la structure avec des plantes grimpantes », explique Mme Séguin Aubé.

Les concepteurs de la Station FM-R ont invité le public à participer à la construction de la place publique pour que les résidents du quartier et les citoyens de Montréal puissent s’approprier l’espace avant le lancement officiel.

« L’idée, c’est de les faire collaborer pour que cette place leur ressemble lorsqu’elle sera terminée et qu’ils en soient fiers lorsqu’elle ouvrira », affirme Frédéric Morin-Bordeleau.

Un prototype

La Station F-MR ne sera qu’un prototype du projet permanent MR-63 qui verra le jour en 2020.

« On est en période de rodage pour l’été jusqu’au mois d’août pour voir comment le public va réagir et voir aussi ce qui sera à améliorer pour le futur », précise M. Morin-Bordeleau.

Une fois le concept testé, le projet final, qui comprend 7 wagons de métro, devrait apparaître dans l’un des futurs parcs de Griffintown, à l’angle des rues Peel et Ottawa. Le complexe culturel MR-63 sera réalisé au coût de 600 000 $, et contrairement à son prototype, il sera ouvert durant toute l’année au public.

Tous les détails par rapport à la programmation et les spectacles de la Station FM-R seront révélés au public durant un lancement officiel au cours des prochaines semaines.