/news/health
Navigation

Un terrible diagnostic à la naissance de son bébé

Une mère de famille de 30 ans devra se battre contre un cancer très agressif

Claude Boucher et son conjoint Vincent Rioux sont les parents de Victor, aujourd’hui âgé de deux ans. Sur cette photo, Victor et sa maman alors enceinte de Noah.
Photo courtoisie Claude Boucher et son conjoint Vincent Rioux sont les parents de Victor, aujourd’hui âgé de deux ans. Sur cette photo, Victor et sa maman alors enceinte de Noah.

Coup d'oeil sur cet article

Une mère de famille de 30 ans se prépare à un dur combat après avoir reçu un terrible diagnostic de cancer le jour de l’accouchement de son deuxième garçon.

Le 24 avril dernier, les parents de Victor, deux ans, et Noah, nouveau-né, ont compris qu’il ne fallait jamais rien tenir pour acquis.

Le conjoint de Claude Boucher, Vincent Rioux, avec leur fils aîné Victor
Photo courtoisie
Le conjoint de Claude Boucher, Vincent Rioux, avec leur fils aîné Victor

«La même journée, nous avons appris une nouvelle catastrophique, en plus de vivre l’un des plus beaux moments de notre vie», explique la maman, Claude Boucher.

À cause d’atroces douleurs au dos et de masses au sein droit, une visite à l’urgence a permis de découvrir des métastases aux poumons. À 37 semaines de grossesse, pas question d’attendre plus longtemps. La peur s’installe.

«On apprend que j’aurais possiblement des métastases aussi au foie et dans la colonne vertébrale. J’ai commencé à perdre l’usage de mes jambes. On a pris la décision de m’accoucher immédiatement», ajoute Claude.

Loin de son bébé

Très rapidement, le petit Noah est transféré au Centre mère-enfant du CHUL pour qu’il bénéficie des meilleurs soins possible.

Le 27 avril, une première opération a permis à la mère de retrouver quelques sensations dans ses jambes, mais elle est toujours paralysée au bas du corps. L’origine exacte du cancer reste encore à déterminer, mais les traitements de chimiothérapie ont déjà commencé puisque le temps presse.

Loin des bras de sa mère, Noah a obtenu son congé. Claude n’a pu le tenir dans ses bras qu’un petit 20 minutes depuis sa naissance précipitée. «Je m’ennuie également de mon grand Victor. Le plus dur est d’être loin d’eux», sanglote la maman sur son lit de l’Hôtel-Dieu de Québec.

Confiante et positive, Claude Boucher se dit prête à affronter toutes les étapes qui s’en viennent.

Vague de générosité

Des proches ont récemment lancé une campagne GoFundMe afin de soulager la famille des tracas du quotidien. Depuis le 6 mai, près de 20 000 $ ont été amassés.

«Des amis voulaient nous aider. Le terrain, le ménage, les repas. Je ne peux pas travailler pour le moment. C’était aussi l’occasion d’avertir tout le monde en même temps de ce qui se passait, pour éviter les malaises», affirme Vincent Rioux, qui fait la navette entre la maison et l’hôpital.

«En réalité, je suis encore paralysée. On a des besoins, mais on ne sait pas lesquels exactement. C’est l’inconnu un peu», mentionne sa conjointe.

«Tu ne veux jamais te rendre à demander de l’aide, mais c’est venu avec une vague de générosité incroyable. Tout ce qu’on veut, c’est que Claude guérisse», termine le père.