/news/health
Navigation

Accès à un médecin de famille: «lacunes» dans la priorisation des patients, juge la protectrice du citoyen

Accès à un médecin de famille: «lacunes» dans la priorisation des patients, juge la protectrice du citoyen
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Des «lacunes» dans la priorisation des patients sont une des principales «limites» du Guichet d’inscription à un médecin de famille (GAMF), juge la protectrice du citoyen, Marie Rinfret.

Dans un rapport publié mardi, Mme Rinfret recommande que davantage d’informations soient demandées aux patients lors de leur inscription en ligne afin de s’assurer qu’ils soient mieux priorisés.

«Le Protecteur du citoyen déplore que le formulaire du GAMF ne comporte aucune question sur la médication, sur l'utilisation de services spécialisés ou sur le suivi de maladies chroniques», indique notamment le communiqué.

Par ailleurs, la protectrice du citoyen déplore qu’il existe parfois un délai de plusieurs mois entre l’attribution d’un médecin et le premier rendez-vous médical. «Dans l'intervalle, [les patients] ne sont plus disponibles pour être attribuées à un autre médecin qui [lui] pourrait être susceptible de procéder plus rapidement à leur prise en charge», explique-t-elle.

Accès à un médecin de famille: «lacunes» dans la priorisation des patients, juge la protectrice du citoyen
Photo d'archives, Agence QMI

Mme Rinfret fait aussi remarquer qu’il existe une iniquité dans l’accès à un médecin de famille à travers les régions. À cet égard, elle recommande de rappeler aux médecins que leur territoire n’est pas circonscrit à des limites administratives, mais à la distance qui sépare le lieu de résidence d’une personne et son lieu de pratique.

Des améliorations à apporter, admet Barrette

Même si le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, assure que le guichet est fonctionnel et utile, il admet que des améliorations peuvent être apportées afin d’optimiser son efficacité.

«Nous sommes en train, au moment où on se parle, de faire des ajustements, qui étaient déjà prévus, puisque nous avions constaté certaines choses à améliorer, comme tout nouveau système informatique qui, dans sa première année, a de nouvelles versions à être déployées», a expliqué le ministre, lorsque questionné au Salon bleu, mardi.

Il a par ailleurs indiqué qu’il a demandé à rencontrer Mme Rinfret pour lui faire part des projets d’améliorations, mais que cette dernière a refusé.

Le ministre de la Santé s’était fixé comme objectif que 85 % des citoyens du Québec aient accès à un médecin de famille au 31 décembre 2017. Le gouvernement Couillard a raté la cible, puisqu’à cette date, 78,3 % des Québécois avaient un médecin de famille.