/sports/opinion/columnists
Navigation

En route pour Cooperstown

Albert Pujols aura sa place au Panthéon du baseball dès qu’il sera admissible.
Photo d'archives Albert Pujols aura sa place au Panthéon du baseball dès qu’il sera admissible.

Coup d'oeil sur cet article

Il ne fait aucun doute dans mon esprit qu’Albert Pujols sera admis au Temple de la renommée du baseball, cinq ans après qu’il aura accroché son gant, ses crampons et remisé son bâton. Et au premier tour de scrutin, SVP... sinon, ceux qui participent à ce vote auront manqué quelque chose.

Pujols est devenu seulement le deuxième joueur originaire de la République dominicaine, après Adrian Beltre à atteindre ce plateau et seulement le 32e de l’histoire à revendiquer l’exploit d’avoir réussi 3 000 coups sûrs. Les seuls autres joueurs latins dans le groupe sont Rafael Palmeiro, natif de Cuba et Roberto Clemente, né à Porto-Rico. Alex Rodriguez, lui, est né à New York, donc un Américain.

À l’image de Hank Aaron, avec qui il partage, seul, l’exploit d’avoir réussi à frapper 3 000 coups sûrs, dont 600 doubles et 500 circuits, la réputation de Pujols n’a jamais été entachée. Ce qui n’est pas le cas d’autres membres de ce groupe select, comme les Pete Rose, Ty Cobb, Alex Rodriguez et Rafael Palmeiro.

Et contrairement à d’autres frappeurs de puissance, Pujols a obtenu plus de plus sur balles (1 256) qu’il n’a été retiré sur trois prises (1 166). D’ailleurs, il n’a jamais été retiré au bâton 100 fois au cours d’une de ses 18 saisons dans les majeures.

C’est tout de même remarquable.

Seul Barry Bonds a été proclamé Joueur le plus utile à son équipe plus souvent que Pujols, avec sept trophées du genre. Pujols en a récolté trois, tout comme huit autres joueurs.

Une niche toute spéciale attend Pujols à Cooperstown.

Qui sera le prochain ?

Et si on vous posait la question à savoir qui sera le prochain frappeur à atteindre ce plateau ?

Le nom qui revient sur plus souvent dans cette discussion est celui de Miguel Cabrera, un autre Latin, mais originaire du Venezuela.

Cabrera est âgé de 35 ans et il a amassé 2 666 coups sûrs en 16 saisons avec les Marlins de la Floride et les Tigers Detroit. Bien qu’il ait été ralenti en raison de blessures ces dernières saisons, l’excellent frappeur droitier n’est plus qu’à 334 coups sûrs de son objectif. S’il reste en santé, Cabrera pourrait bien réaliser ce rêve avant de souffler 40 chandelles.

Robinson Cano, lui, est originaire de la République dominicaine. À 35 ans, il a obtenu 2 408 coups sûrs et il lui en manque un peu moins de 600. Ce n’est pas impossible, mais disons que c’est moins probable.

Jose Altuve, un autre Vénézuélien, n’est âgé que de 27 ans et il a accumulé quelque 1 300 coups sûrs et déjà il compte quatre saisons avec plus de 200 coups sûrs. Donc, s’il pouvait maintenir ce rythme pendant encore quelques saisons, il n’est pas impensable qu’il réalise cet exploit.

Chez les joueurs américains, Mike Trout, des Angels a peut-être une chance lointaine d’atteindre le plateau rêvé car il n’a que 26 ans. Toutefois, il est à 1 900 coups sûrs de cet objectif et il n’a pas encore réussi une seule saison de 200 coups sûrs ou plus. Donc, les chances sont minces.

L’exploit de James Paxton

Mardi dernier, le Rogers Centre a été le théâtre d’un exploit peu commun. Non seulement, les Blue Jays ont été les victimes d’un match sans point ni coup sûr, mais c’était aux mains de James Paxton, un Canadien originaire de Ladner, en Colombie-Britannique.

Paxton est devenu le premier Canadien à signer un tel exploit en sol canadien et seulement le deuxième lanceur d’origine canadienne à lancer un match sans point ni coup sûr.

Le premier a été Dick Fowler, originaire de Toronto qui, avec les A’s de Philadelphie, avait eu raison des Browns de St. Louis le 9 septembre 1945. Fowler venait de compléter son service militaire et avait raté les deux saisons précédentes.

Selon le Elias Sports Bureau, il s’agissait du septième match sans point ni coup sûr réussi hors des États-Unis.

Et pour ajouter l’injure à l’insulte, Paxton avait été un premier choix des Blue Jays lors du repêchage de juin 2009, mais il avait refusé leur offre.

Il avait préféré se joindre à l’équipe de Grand Prairie de l’Association américaine, un circuit indépendant, avant d’être repêché au quatrième rang par les Mariners de Seattle en 2010.


Les femmes arbitres

La ligue de baseball du Mexique (AAA) comptera au moins une femme arbitre au cours de la saison alors que Paulina Rojas et Alicia Gordoa ont officié au cours des matchs d’entraînement et l’une d’elles sera la première femme à officier dans un match régulier en 2018. Aux États-Unis. Pat Postema a été la première arbitre dans le baseball professionnel entre 1977 et 1989, atteignant même le calibre AAA. D’autres femmes ont aussi été arbitres dans le baseball professionnel, soit Bernice Gera (1972), Christine Wren (1975-1977), Theresa Cox Fairlady (1989-1991), Ria Cortesio (1999-2007) et Shanna Kook (2003-2004). Par ailleurs, Po Chun Liu est devenue la première femme à remplir ce rôle dans le baseball à Taïwan.


Souvenirs dispendieux

Un rare uniforme porté par Jackie Robinson lors de sa première saison dans les majeures avec les Dodgers de Brooklyn, il y a 70 ans, a été vendu à l’encan. Un collectionneur a versé la somme de 2,05 M$ pour cet uniforme qui était accompagné d’une lettre de la veuve de Jackie, Rachel Robinson, prouvant son authenticité. Jackie avait apporté cet uniforme chez lui à l’issue de la saison 1947. C’est un uniforme porté par Babe Ruth en 1920 qui vient en tête de liste, dans ce domaine, ayant été vendu pour la somme de 4 415 658 M$ en 2012, dans un encan.


Halladay en bonne compagnie

L’ancien lanceur des Blue Jays de Toronto et des Phillies de Philadelphie, Roy Halladay, est l’un de six lanceurs qui ont mérité le trophée Cy Young avec des formations des deux ligues majeures, soit avec les Jays en 2003 et les Phillies en 2010. Les autres sont Gaylord Perry (Cleveland, 1972 et San Diego, 1978) ; Pedro Martinez (Montréal, 1997 et Boston, 1999) ; Randy Johnson (Seattle, 1995 et Arizona, 1999) ; Roger Clemens (Boston, 1986 et Houston, 2004) et Max Scherzer (Detroit, 2013 et Washington, 2016). Malheureusement, Halladay a perdu la vie dans un accident d’avion en novembre 2017. Il est le seul à avoir lancé un match sans point ni coup sûr en saison régulière et en match éliminatoire la même année.


Felipe Alou et Sandy Koufax

Rares sont les frappeurs qui peuvent se vanter d’avoir réussi deux circuits dans un même match contre l’ancien gaucher des Dodgers, Sandy Koufax. D’ailleurs, Koufax n’a jamais accordé plus de sept circuits au même frappeur au cours de sa carrière et seuls Hank Aaron, Ernie Banks, Frank Robinson et Felipe Alou font partie de ce groupe pour le moins unique. De plus, l’ancien gérant des Expos et des Giants de San Francisco, Felipe Alou, a été le dernier à claquer deux longues balles aux dépens de Koufax dans une même partie, soit le 9 juillet 1966.