/news/politics
Navigation

Alexandre Taillefer juge qu’il serait «irresponsable» pour lui de se porter candidat

Coup d'oeil sur cet article

Alexandre Taillefer dit qu’il serait «irresponsable» pour lui de se porter candidat pour le Parti libéral du Québec (PLQ).

Le nouveau président de campagne du PLQ a notamment évoqué ses nombreux engagements d’affaires pour expliquer sa décision de ne pas se présenter comme candidat à cette élection lorsqu’interrogé sur la question à une conférence de presse, mardi matin, aux côtés du premier ministre et chef du PLQ Philippe Couillard.

«Pour moi, de quitter tout cela subrepticement serait irresponsable», a expliqué l’homme d’affaires.

«Je ne suis pas le Superman de la politique», a-t-il lancé à la blague.

M. Taillefer a cependant ajouté que cette décision de ne pas se présenter aux élections n’était en aucune façon «un engagement à vie».

Affaires, médias et politique

Le saut en politique du fondateur de l’entreprise Téo Taxi, une propriété de la compagnie Taxelco qui a obtenu 5 millions $ en subventions du gouvernement québécois dans les dernières années, a fait couler beaucoup d’encre depuis son annonce jeudi dernier.

Concernant de potentiels conflits d’intérêts entre son nouveau rôle au Parti libéral et ses liens à certains médias de la province, M. Taillefer a précisé vendredi qu’il démissionnait du conseil d’administration de la société Mishmash Média qui possède notamment les magazines «L’actualité» et «Voir ».

«Il est primordial de pouvoir assurer une indépendance totale aux salles de rédaction par rapport à leur propriétaire », avait-il alors déclaré.

L’entrepreneur a interrompu du même coup la chronique mensuelle qu'il signait dans le magazine Voir.

15$ de l’heure...dans cinq ans

L’ancien « dragon », qui a dans le passé supporté l’idée d’un salaire horaire minimum à 15 $, a révélé qu’il était toujours d’accord avec cette position lorsque questionné sur le sujet même si son parti est contre.

Il a cependant suggéré qu’un tel changement n’arrivera pas demain la veille.

« C’est certainement quelque chose que nous allons être en mesure de faire à titre de gouvernement dans cinq ans », a précisé M. Taillefer.