/opinion/columnists
Navigation

Soirée divine

Coup d'oeil sur cet article

Le chef d’orchestre Mégo savourait dans un coin de la salle. Michel Pagliaro, comme un druide incognito près de la porte d’entrée, et Pélo, à notre table, lampaient l’art du rock qu’ils possèdent si bien. Et Scotty « Elvis » Davis ne tenait plus sur sa chaise.

Un vendredi soir magique où, au son et au rythme du quatuor Sympatik Reunion, nous avons refait un voyage d’une nostalgie qui refusera toujours de s’endormir.

Sympatik Reunion, c’est Breen LeBœuf, Rej.E Lachance, Jeff Smallwood et Bob St-Laurent, le drummer le plus joyeux de la planète. L’authentique rock, du blues qui secoue les tripes et même du country qui grafigne. On prise la touche Offenbach, mais ça descend plus creux, directement dans ces années d’implosion musicale. C’est grave, lourd et sexy.

Ils ont joué pendant plus de trois heures à déchirer les murs. Les blues passaient pu dans’ porte et je les aurais écoutés toute la nuit. C’était divin.

Une communion

Danièle Caron en est à sa deuxième édition de cette soirée finement ficelée à la brasserie du parc de Longueuil et elle le fait pour son chum, Yvon Lambert, qui aura 68 ans dimanche prochain. Le même âge que Breen, qui a toujours les cheveux aux épaules. Smallwood ne disloque pas la tradition en enfilant fièrement le kilt alors que Rej.E alterne de l’une à l’autre de ses six guitares.

Ce qui est touchant, c’est qu’ils ont l’air aussi émus de jouer ensemble que nous le sommes de les admirer.

Gar’donc ça

  • Nouveau pour le Canada à compter de cet été. John Deere sort la moissonneuse-poteuse.
  • Après la pluie et le soleil, la végétation s’en ressent. On a même vu pousser une marguerite dans la CAQ.
  • Rappelez-vous que les caves ne sont pas nécessairement en dessous des maisons.
  • Phénomène de la nature québécoise. Lorsque reviennent les outardes, les abris Tempo s’en vont.
  • Le sciatique est un nerf connu.

À demain

À retenir, les vieux rockers : Sympatik Reunion. Comme dans l’temps.