/sports/opinion/columnists
Navigation

Bouchard adjoint de Bergevin?

Il semble bien que Joël Bouchard soit destiné à occuper un poste de direction avec le Canadien.
Photo Martin Alarie Il semble bien que Joël Bouchard soit destiné à occuper un poste de direction avec le Canadien.

Coup d'oeil sur cet article

Joël Bouchard a rempli hier ce qui semblait être son dernier engagement avec l’Armada de Blainville-Boisbriand. Il devrait se joindre à l’organisation du Canadien sous peu. La nouvelle pourrait même tomber avant la fin de la semaine.

Quelles seraient ses fonctions ?

Un ancien entraîneur de la Ligue junior majeur du Québec m’a raconté dernièrement que Bouchard lui avait confié il y a deux ans qu’il se verrait dans un poste de gestionnaire dans la Ligue nationale.

Il en a sans doute fait mention à Marc Bergevin lors de sa rencontre avec le directeur général du Canadien il y a quelques semaines. Il lui ferait un très bon adjoint.

À moins que Bergevin n’ait d’autres fonctions à lui confier.

Les postes d’entraîneur en chef du Rocket de Laval et d’entraîneur des défenseurs du grand club n’ont toujours pas été pourvus depuis les mises à pied de Sylvain Lefebvre et de Jean-Jacques Daigneault.

Expertise et passion

Bouchard a fait ses classes au niveau junior. Le milieu n’a plus de secrets pour lui. Il a été à la fois propriétaire, président, directeur général, entraîneur en chef et même psychologue sportif à ses heures.

L’expérience qu’il a vécue à titre de gestionnaire d’Équipe Canada Junior ces dernières années lui a permis de voir non seulement les meilleurs espoirs canadiens, mais aussi de tous les pays producteurs de joueurs de hockey.

Son expertise et la passion qu’il met dans son travail seraient de précieux atouts pour l’organisation du Canadien.

À suivre...

Desharnais peut marcher la tête haute

David Desharnais a mis sa carrière dans la Ligue nationale en veilleuse. L’ancien joueur de centre du Canadien rejoindra Maxim Talbot avec le Lokomotiv de Yaroslavl, de la KHL, la saison prochaine.

Desharnais a été la cible de critiques qu’il ne méritait pas au cours des dernières années. Sans être un joueur étoile, il a fait plus dans la LNH que ses détracteurs n’ont jamais fait. Il a disputé 524 matchs avec le Canadien, les Oilers et les Rangers, marquant 87 buts et totalisant 282 points.

Pas trop mal pour un joueur qui s’est longtemps fait dire qu’il n’avait pas sa place avec des grands sur une patinoire. À 31 ans, il lui reste quelques saisons devant lui.

Chapeau, David ! Tu peux marcher la tête haute.

P.K. toujours sur la sellette

L’entraîneur des Predators de Nashville, Peter Laviolette, a désamorcé hier une rumeur selon laquelle P.K. Subban pourrait être échangé.

Laviolette a encensé son défenseur de long en large, tout en affirmant qu’il est facile à diriger. Mais le feu va peut-être continuer à couver quand on connaît toutes ces histoires qui circulent sur Subban.

Un journaliste du réseau Sportsnet a terminé son texte en disant que les propos de Laviolette sont peut-être de la poudre aux yeux. Marc Bergevin n’avait-il pas déclaré qu’il ne projetait pas d’échanger Subban ? a-t-il conclu.

Trotz déjà gagnant

L’entraîneur des Capitals de Washington, Barry Trotz, est toujours sans contrat pour les prochaines saisons. Mais sa situation contractuelle ne le préoccupe pas. Son but immédiat est de mener son équipe à la conquête de la coupe Stanley.

Trotz ne se dit nullement inquiet de son avenir non plus. On le comprend.

Seul un effondrement face au Lightning de Tampa Bay signifierait la fin pour lui avec les Capitals. On peut penser que le directeur général Brian MacLelland a un contrat prêt à son nom dans un tiroir de son bureau.

Les Rangers en mode attente

Les Rangers de New York sont encore sans entraîneur en chef près de six semaines après avoir montré la porte à Alain Vigneault.

La situation porte certains médias new-yorkais à dire que des candidats pour qui les Rangers pourraient avoir de l’intérêt sont encore à l’œuvre avec leur équipe.

Le nom de Sheldon Keefe, des Marlies de Toronto, de la Ligue américaine, est mentionné. On mentionne aussi le nom de Todd Nelson, des Griffins de Grand Rapids, qui ont subi l’élimination dernièrement.

Le directeur général Jeff Gorton a rencontré David Quinn, entraîneur en chef des Terriers de l’Université de Boston qui a déjà dirigé les Lock Monsters du lac Érié de la Ligue américaine et occupé un poste d’adjoint avec l’Avalanche du Colorado.

Joe Sacco, des Bruins de Boston, et Brad Shaw, des Blue Jackets de Columbus, figurent aussi parmi les candidats potentiels.

Jagr ne vit que pour le hockey

Il y a quelques années, Tomas Plekanec m’avait raconté avec tout le sérieux qu’on lui connaît que le hockey était la seule chose dans la vie de Jaromir Jagr. C’est vrai !

Malgré une commotion cérébrale subie peu après son retour en République tchèque, l’hiver dernier, Jagr vient d’annoncer qu’il disputera une 30e saison dans les rangs professionnels l’an prochain.

Il était à ce point talentueux dans sa jeunesse qu’il a fait ses débuts avec les Knights de Kladno — équipe de sa ville natale dont il est aujourd’hui copropriétaire — à l’âge de 16 ans. Deux ans plus tard, il faisait sensation dans la Ligue nationale avec les Penguins de Pittsburgh avec qui il a remporté la coupe Stanley à ses deux premières saisons en Amérique.

Il avait dû patienter 21 ans avant de prendre part à une autre finale avec les Bruins de Boston, qui s’étaient inclinés en six matchs face aux Blackhawks de Chicago (2013).

Jagr totalise 2287 matchs chez les professionnels, soit 1941 dans la LNH et 346 en KHL et en ligue tchèque.

Le record absolu appartient à Gordie Howe qui a participé à 2918 rencontres dans la LNH, 497 dans l’Association mondiale, 51 dans la USHL (United States Hockey League) avant ses débuts avec les Red Wings de Detroit, sans oublier une présence sur la glace avec les Vipers de Detroit (Ligue internationale) à l’âge de 69 ans. Ça donne un total global de 3467 matchs.

Quand on dit que le bonhomme était solide.