/finance
Navigation

Drummondville donne le ton à la région

Le Centre-du-Québec profite d’une forte croissance économique grâce à plusieurs investissements majeurs

Les travaux d’agrandissement de l’usine de carton-caisse de Cascades Emballage, à Drummondville, ont été achevés en septembre 2017. Plus de 26 millions de dollars ont été investis. Sur la photo, la ministre de l’Économie Dominique Anglade, le cofondateur de l’entreprise Bernard Lemaire ainsi que son président, Mario Plourde.
Photo Caroline Lepage Les travaux d’agrandissement de l’usine de carton-caisse de Cascades Emballage, à Drummondville, ont été achevés en septembre 2017. Plus de 26 millions de dollars ont été investis. Sur la photo, la ministre de l’Économie Dominique Anglade, le cofondateur de l’entreprise Bernard Lemaire ainsi que son président, Mario Plourde.

Coup d'oeil sur cet article

La croissance économique est au rendez-vous au Centre-du-Québec. Plusieurs entreprises du territoire ont procédé en 2017 à des investissements majeurs pour agrandir ou moderniser leurs installations.

« L’ensemble de la région se porte bien », affirme Vincent Guay, directeur général de la Corporation de développement économique de Victoriaville.

Un des projets qui suscite beaucoup d’enthousiasme est la mise sur pied d’une station de recherche en agriculture biologique au Cégep de Victoriaville qui sera inaugurée en juin.

Un projet de 9,6 M$, dont 4,2 M$ provient du gouvernement fédéral dans le cadre d’un programme d’amélioration des campus et des centres de recherche canadiens. Le Cégep et d’autres partenaires assurent le reste du financement.

La nouvelle station de recherche, dont la gestion sera assurée par le Centre d’expertise et de transfert en agriculture biologique et de proximité (CETAB+), comprendra également un incubateur d’entreprises.

« De plus en plus de jeunes manifestent de l’intérêt envers l’agriculture biologique, constate M. Guay. On sera ainsi mieux en mesure de les aider à démarrer leur entreprise agricole. »

Des records à Drummondville

À Drummondville, les records s’additionnent en matière de création d’emplois. En 2017, il y a eu l’ajout de 1300 postes dans le secteur industriel, soit 200 de plus qu’en 2016, une autre année record.

Quant aux investissements, ils se sont élevés à 202 M$, en légère baisse par rapport à l’année précédente (214 M$), selon les données de la Société de développement économique de Drummondville.

Cette croissance entraîne un défi sur le plan de la main-d’œuvre. Malgré une croissance démographique de plus de 1000 nouveaux résidents par année, les entreprises doivent multiplier les initiatives, dont des missions à l’étranger, pour combler les emplois.

Par ailleurs, Drummondville veut favoriser les échanges commerciaux et elle compte sur la modernisation de l’aéroport pour y arriver.

Un investissement de 3 M$ a permis le prolongement d’une des pistes d’atterrissage qui pourra accueillir de plus gros aéronefs.

Le projet était très attendu dans la région qui se dote ainsi d’un véritable aéroport d’affaires.

L’aéroport de Victoriaville a procédé aussi à des travaux d’agrandissement au coût de 2 M$ qui ont permis, là aussi, de prolonger la piste et d’accroître la capacité d’accueil.

Du nouveau à Gentilly

Ça bouge à Gentilly qui, lentement, se remet de la fermeture en 2012 de la centrale nucléaire Gentilly 2 et de la perte de 850 emplois bien rémunérés.

La région se dote d’un nouveau centre équestre, un projet de 11 M$, qui accueillera des compétitions de calibre international.

Le centre, qui devrait amorcer ses activités d’ici la fin de l’année, viendra bonifier l’offre touristique.

Du côté de Bécancour, tous espèrent la fin prochaine du lock-out des 1030 employés de l’aluminerie de Bécancour, détenue à 75 % par Alcoa Canada.

Depuis janvier, une seule chaîne de production est en fonction sur les trois existantes. Elle est opérée par les cadres.

L’aluminerie est le plus important employeur privé de la région.

Les négociations ont repris depuis peu entre patrons et syndicats.

Par ailleurs, en raison de sa structure industrielle très diversifiée, « la renégociation de l’ALENA crée des inquiétudes chez les fabricants de la région qui sont un peu plus palpables qu’ailleurs, soutient Chantal Routhier, économiste chez Desjardins. Plusieurs secteurs d’emploi pourraient être affectés en fonction de ce que sera la nouvelle entente ».

En attendant, les intervenants économiques accentuent les échanges avec l’Europe pour profiter des retombées de l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne récemment conclu.

Centre-du-Québec

  • Population : 243 798 habitants (2,9 % de la population du Québec)
  • Taux de chômage : 12,1 % (avril 2018)
  • Principales activités économiques : (part de l’emploi par secteur)

Tertiaire : 65,7 % (80,2 % pour le Québec)

Primaire : 5,2 %

Fabrication : 22,7 % (comparativement à 11,9 % pour l’ensemble du Québec)

Construction : 6,3 %

Sources : Portrait économique des régions du Québec, MESI, 2018, Institut de la statistique du Québec