/opinion/blogs/columnists
Navigation

Trou de mémoire

Coup d'oeil sur cet article

Une lectrice, Nic, et un lecteur, Maxime G., disaient récemment avoir un trou de mémoire * : « Doit-on écrire “des fleurs, il y en a eues ou il y en a eu dans ce champ” » ? demandait, par exemple, notre lectrice. Complément d’objet direct, le pronom adverbial en demeure généralement invariable. « Des fleurs, il y en a déjà eu ». Il y a eu quoi ? En (pour des fleurs). « Des tempêtes de cette violence j’en ai vu. » J’ai vu quoi ? En. Dans ces deux exemples, en est complément d’objet direct. Il n’y a pas d’accord. Quand en est complément d’objet indirect dans une phrase qui contient un complément d’objet direct devant l’auxiliaire, le participé passé s’accorde avec ce dernier. « Mes cours de français, vous seriez surpris des avantages que j’en ai tirés. » J’ai tiré quoi ? Que – mis pour livres – complément d’objet direct. Donc le participe passé varie.

* Il faut préférer la locution trou de mémoire à l’expression « blanc de mémoire » (de l’anglais [memory] blank).