/news/currentevents
Navigation

Une sexagénaire meurt dans un incendie criminel

Trois suspects ont été vus un peu avant l’incendie

Les trois maisons de ville où l’incendie s’est déclaré ont été complètement rasées. 
Photo agence qmi, KARIANE BOURASSA Les trois maisons de ville où l’incendie s’est déclaré ont été complètement rasées. 

Coup d'oeil sur cet article

Les enquêteurs tentaient toujours de faire la lumière mercredi sur un incendie criminel qui a coûté la vie à une sexagénaire dans l’arrondissement montréalais de LaSalle, mardi.

« On a vu les gens sortir rapidement, raconte Wen Ti Na qui habite tout près. Le feu était partout dans la maison du milieu, c’était très violent. »

L’incendie aurait pris naissance près des garages, sous la terrasse arrière du bâtiment à l’extrémité de la rue Bois-des-Caryers qui abritait trois maisons de ville.

Des témoins ont affirmé aux policiers que trois individus auraient quitté précipitamment les lieux vers 22 h 30 mardi, au moment où le feu s’est déclaré.

Homicide

L’origine du sinistre est traitée comme un geste criminel par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

« Il y en a un qui cherchait sa mère avec insistance, avec désespoir. Elle n’a pas pu sortir », soutient Ma Wang, une voisine.

Le corps d’une femme de 61 ans a finalement été retrouvé par les sapeurs dans les décombres du logement situé au centre de la bâtisse, là où l’incendie a été le plus violent.

À l’arrivée des premiers pompiers, le feu faisait déjà rage au rez-de-chaussée et à l’étage du complexe construit récemment, selon Benoit Martel, chef aux opérations du Service des incendies de Montréal.

2 M$ de dommages

Les enquêteurs du SPVM ont expertisé la scène de crime jusqu’en fin d’après-midi mercredi, où des traces d’accélérant auraient été trouvées.

Plusieurs témoins ont également été rencontrés pour tenter d’identifier les suspects.

Une autopsie devait aussi être pratiquée sur la victime pour déterminer les causes exactes de son décès.

Malgré l’intervention de plus de 160 pompiers, le bâtiment a été complètement rasé et les dommages sont évalués à plus de 2 M$.

Il s’agit du neuvième homicide de l’année à Montréal.