/news/transports
Navigation

Cyclistes et piétons: les autobus tuent quatre fois moins que les voitures à Montréal

Cyclistes et piétons: les autobus tuent quatre fois moins que les voitures à Montréal
Francis Pilon

Coup d'oeil sur cet article

Les Montréalais ont intérêt à utiliser les transports en commun plutôt que de rouler en voiture pour garantir leur sécurité et celle des autres usagers de la route, selon une étude menée par un chercheur de l’Université de Montréal.

Publiée dans le «Journal of Urban Health», l’étude dévoile que les véhicules automobiles tuent quatre fois plus de piétons et de cyclistes que les autobus dans la métropole.

Pour chaque kilomètre parcouru, les déplacements en voiture causent un plus grand nombre de cyclistes blessés (cinq fois plus), de piétons blessés (quatre fois plus) et davantage de blessures graves ou mortelles (cinq fois plus) que les déplacements avec un autobus.

«Ce deuxième résultat est complètement nouveau et intéressant, on n’avait jamais étudié ça avant. On voit que le choix de prendre le transport public n’agrandit pas seulement notre propre sécurité comme usager, mais que ça devient un choix de transport qui améliore la sécurité des autres occupants de la route», a commenté l'auteur principal de l'étude, Patrick Morency.

Sur la fenêtre de 10 ans considérée dans l’étude, 42 piétons et trois cyclistes ont été tués par des voitures à Montréal. Durant cette même période, quatre piétons ont subi des blessures mortelles et aucun cycliste n’a été tué par un autobus.

10 routes analysées

Pour en arriver à ces conclusions, les chercheurs ont analysé les 10 routes où l’on retrouvait le plus de blessés par autobus dans la métropole sur la période de 2001 à 2010.

«C’est par contre déjà connu que le transport en commun est plus sécuritaire. Par exemple, par kilomètre parcouru, une personne dans une automobile a 95 % plus que de risques de décès qu’une personne dans les transports en commun», a expliqué Patrick Morency.

«Ce qui est nouveau dans cette étude, c’est qu’on analyse la sécurité de tout le monde sur la route, donc des autobus, des voitures, des vélos et même des piétons sur 10 routes spécifiques de Montréal», a ajouté M. Morency, qui est chercheur à l'Institut de recherche en santé publique de l'Université de Montréal (IRSPUM).

Selon les chercheurs de l’étude, il y a 28 fois plus de blessés graves au sein des passagers d’une voiture (278 en 10 ans, incluant 19 morts) que chez les passagers d’un autobus (10 gravement blessés en 10 ans, aucun décès).

Pour diminuer le nombre d’accidents, les chercheurs concluent que l’on doit diminuer la vitesse sur les routes et favoriser davantage le transport en commun.