/opinion/columnists
Navigation

Deux mois d’enquête pour le reportage sur Téo Taxi

Coup d'oeil sur cet article

Le reportage sur la zizanie qui s’est installée chez Téo Taxi, publié dans notre section Argent d’hier, a nécessité deux mois de travail journalistique avant d’aboutir à la une.

Nous tenons à le préciser ce matin, en réponse aux graves accusations portées hier au sujet de notre intégrité par le nouveau président de campagne du Parti libéral du Québec, Alexandre Taillefer, au micro de Paul Arcand, au 98,5 FM.

M. Taillefer laissait clairement entendre que ce reportage ou son traitement auraient pu avoir été influencés, à des fins partisanes, par le patron de Québecor, Pierre Karl Péladeau, ex-chef du Parti québécois comme tout le monde le sait.

Malheureusement pour la théorie du complot échafaudée par M. Taillefer, nous travaillons sur ce dossier depuis la fin mars, grâce aux confidences d’une première source.

C’était donc presque deux mois avant que M. Taillefer surprenne bien du monde en annonçant son ralliement au Parti libéral.

Nous avons poursuivi notre travail en avril pour rencontrer d’autres sources, qui voulaient toutes rester anonymes, étant donné qu’elles étaient à l’emploi de Téo Taxi et craignaient des mesures de représailles de leur patron, Alexandre Taillefer.

Le mot s’est sans doute passé à l’interne, car nous avons reçu, en avril, plusieurs autres courriels de chauffeurs Téo exaspérés, sur notre ligne de dénonciation confidentielle (oui, écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com).

Les messages se sont enchaînés et nous avons pris contact avec toutes ces sources.

Nous avons réussi à obtenir la lettre expédiée par Alexandre Taillefer à son personnel le 14 mai (lundi dernier) et avons réussi à parler avec un dernier chauffeur à ce sujet, le lendemain, pour finalement pouvoir confirmer toute l’histoire, et la publier, hier.

L’histoire signée Francis Halin est très intéressante et éminemment d’intérêt public. Elle méritait amplement la une.

Nous avons tellement bien fait notre travail que M. Taillefer a lui-même admis que les faits étaient rigoureusement rapportés.

Et les faits ne font pas bon ménage avec les théories du complot du nouveau politicien.

-Dany Doucet, rédacteur en chef