/sports/hockey/homepage
Navigation

Fleury, le cœur sur la main

Fleury, le cœur sur la main
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

LAS VEGAS | La tragédie qui a secoué les Broncos d’Humboldt au début du mois d’avril n’a laissé personne indifférent. Le monde du hockey a tellement été sous le choc qu’il ne se passe pas une semaine sans que l’un de ses artisans ne souligne le triste événement à sa façon.

Les Golden Knights ont tenté d’appliquer un baume sur la plaie de Christina Haugan et de ses fils Carson (12 ans) et Jackson (9 ans), en faisant d’eux leurs invités d’honneur. Le trio fait partie des 16 familles endeuillées à la suite de ce terrible accident. Darcy Haugan était l’entraîneur-chef et le directeur général de l’équipe.

Pendant un peu plus de 24 heures, les Haugan ont côtoyé les joueurs des Golden Knights, assistant à la rencontre de mercredi et visitant les installations de l’équipe tant à Las Vegas qu’à Summerlin.

Au terme de la victoire de 4 à 2, Marc-André Fleury a pris soin des deux jeunes garçons en leur offrant des breuvages, en les assoyant près de lui dans le vestiaire et en jouant une partie de hockey sur table avec eux.

« Quand tu as des enfants, tu réalises un peu plus ce qui peut se passer dans leur tête. L’un d’entre eux était un peu plus émotif. J’ai simplement essayé de leur changer les idées du mieux que je le pouvais », a expliqué le gardien québécois.

« Je ne sais pas si j’ai fait une différence, mais j’espère avoir pu leur ramener le sourire », a-t-il ajouté.

« Le plus beau geste »

Comme à son habitude, Fleury demeure humble. S’il y a une chose de certaine, c’est que les garçons se rappelleront toujours ces moments passés en compagnie du gardien et de ses coéquipiers.

« C’est un moment difficile dans la vie de ces jeunes garçons. Passer une ou deux heures avec nous, ça va leur donner des souvenirs impérissables. Pendant ces deux heures, ils ne pensent pas à la tragédie. C’est le plus beau geste qu’on peut donner. C’est un peu de temps, ça ne coûte rien. C’est un minimum », a souligné Pierre-Édouard Bellemare.

Le patineur français n’a pas hésité à faire un rapprochement entre cette initiative et celle qui avait suivi la fusillade survenue en plein cœur de la ville, le 1er octobre dernier.

« On a la chance en tant qu’athlètes de haut niveau de montrer l’exemple. Tu travailles toute ta vie pour jouer dans cette ligue et lorsque tu y arrives, tu te rends compte que tu peux être plus qu’un joueur de hockey, a-t-il insisté. C’est le genre de chose que l’on prend à cœur. Ce sont de petits gestes qui auront un plus gros impact que tout ce que nous ferons dans notre carrière.