/sports/hockey/homepage
Navigation

Pierre Karl Péladeau affirme qu’il y a du travail à faire

Coup d'oeil sur cet article

Pour le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, il faut voir au-delà de potentiels chiffres à la billetterie pour se questionner sur la viabilité d’une équipe de la Ligue nationale à Québec, contrairement à ce que le propriétaire des Bruins de Boston a avancé, mercredi.

M. Péladeau a brièvement commenté les propos de Jeremy Jacobs qui en a ajouté une couche lors du bilan de fin de saison des Bruins sur le fait que la Vieille Capitale n’avait pas suffisamment les reins solides pour soutenir une équipe professionnelle.

« Du point de vue des revenus et de la population, il n’y a probablement pas de plus petit marché. Donc, Québec devra se distinguer d’une autre façon. Économiquement et au niveau du nombre, c’est un défi. Ils n’ont tout simplement pas les chiffres », a soutenu celui qui siège au sein du comité exécutif de la LNH.

Marché important

« Il y a du travail à faire, et mon avis là-dessus, c’est que le marché dans sa définition conventionnelle, on doit voir autre chose que ça. Le marché n’est pas uniquement la billetterie. Il faut considérer que Québecor, qui est le promoteur de ce projet, est en mesure d’offrir bien plus que simplement une vente de billets. C’est une entreprise médiatique et de télécommunications qui est en mesure de multiplier les marchés, ce qui nous amène à conclure que la définition conventionnelle n’existe plus », a réagi le grand patron de Québecor en marge du Marathon de la jeunesse à Limoilou, dont l’entreprise est partenaire.

L’homme d’affaires croit d’ailleurs que le succès d’une future équipe à Québec reposera sur l’ensemble des amateurs de la province.

« On peut considérer que Québec est un marché important, mais il n’y a pas que Québec et ses environs, il y a le Québec tout entier et le marché francophone. C’est comme ça qu’on souhaite réussir. Cela dit, on a effectivement du travail à faire pour mieux convaincre ceux et celles qui sont les décideurs à travers la ligue. On va continuer à le faire. »