/sports/soccer/impact
Navigation

Pénurie de défenseurs

Seulement trois arrières disponibles pour le match de lundi face au Galaxy

SPO-MONTREAL IMPACT VS NEW ENGLAND REVOLUTION
Photo d'archives, Agence QMI Le Finlandais Jukka Raitala, photographié ici lors d’un match contre le Revolution, en début de saison, est l’un des rares défenseurs dont l’Impact pourra aligner lundi.

Coup d'oeil sur cet article

Les défenseurs tombent comme des mouches dans le camp de l’Impact et on se demande s’il en restera assez pour affronter le Galaxy de Los Angeles, lundi.

En fait, la réponse est non puisqu’avec les blessures à Victor Cabrera, Rudy Camacho et Kyle Fisher, il ne reste que Rod Fanni comme arrière central.

Sur la droite, il n’y a que Chris Duvall puisque Michael Petrasso s’est blessé plus tôt cette semaine et n’a pas été revu sur le terrain depuis.

Quant au flanc gauche, le match se disputera sans Daniel Lovitz, suspendu en raison de son carton rouge reçu contre Philadelphie, samedi dernier. Ne reste donc que Jukka Raitala, qui a joué l’essentiel de ses minutes comme arrière central, faute de bras.

« C’est intéressant et ça crée une difficulté pour l’équipe, c’est pour ça qu’on a 28 joueurs dans l’alignement. On savait que le jour viendrait où on devrait tester la profondeur de l’effectif », a résumé Chris Duvall.

Celui-ci devrait être partant dans ce qui risque d’être une formation à trois défenseurs avec Fanni et Raitala.

Jeudi, Raheem Edwards s’entraînait comme ailier gauche dans un système à trois défenseurs.

Prudence

Et comme on n’est jamais trop prudent, Rod Fanni a même précipité la fin de sa séance d’entraînement.

« Je reviens d’une blessure et j’avais quelques petits ressentis alors à titre préventif, je préférais quitter pour être en forme en fin de semaine », a expliqué le vétéran de 36 ans.

Il a reconnu qu’il valait mieux faire preuve de prudence en ne poussant pas trop le bouchon à l’entraînement.

« On essaie de bosser sans non plus aller trop loin. On peut s’entraîner sans problème, on n’est pas non plus sur des œufs, mais il faut être attentifs. »

Expérience prolongée

Le contrat de Fanni vient à échéance à la fin du mois et s’il n’en tient qu’à lui, il entend bien terminer la saison dans un maillot bleu-blanc-noir.

Il précise toutefois que les pourparlers n’ont pas encore été entamés avec la direction de l’équipe.

« On n’en a pas parlé, mais je pense que ça ne devrait pas tarder. Je me sens bien à Montréal et c’est ce que je dis un peu partout.

« De mon côté c’est plutôt positif, mais comme c’était entendu il faut que ce soit des deux parties et qu’on ait envie d’avancer ensemble. Je confirme que j’ai la volonté de rester, si c’est la réponse que vous cherchez », a-t-il mentionné avec un sourire.

Leader

Rémi Garde savait ce qu’il faisait quand il a tendu une perche à Fanni, il cherchait un homme d’expérience.

« J’en suis très conscient et c’était dans les discussions avant que je signe, je suis venu aussi pour ça.

« Je ne suis pas venu pour être forcément un capitaine, ce n’est pas du tout mon registre. Moi, c’est plus d’essayer d’être un leader dans le vestiaire et de parler avec les milieux et les attaquants en plus d’être le relais de l’entraîneur. »

Il assume un rôle de grand frère auprès des plus jeunes joueurs de l’effectif, un rôle qui lui convient très bien.

« Je donne aussi un maximum de mon expérience aux plus jeunes, ça me tient à cœur et j’ai toujours fait ça ailleurs depuis longtemps. »