/world/usa
Navigation

Trump marque le premier anniversaire du procureur spécial d’un tweet rageur

Trump marque le premier anniversaire du procureur spécial d’un tweet rageur
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Donald Trump a marqué le premier anniversaire de la nomination d’un procureur spécial dans l’enquête sur l’ingérence russe dans l’élection de 2016 d’un tweet rageur: «Bravo l’Amérique, nous sommes entrés dans la deuxième année de la pire chasse aux sorcières de l’histoire des États-Unis».

Comme il l’a déjà fait à de très nombreuses reprises, le président a nié toute implication de sa campagne présidentielle dans les manipulations de Moscou destinées à faire échouer son adversaire démocrate, Hillary Clinton.

«Il n’y a toujours pas de collusion et pas d’entrave (à la justice ndlr)», a affirmé le président, accusant les démocrates d’êtres coupables d’une alliance nouée avec les Russes pour le salir.

Robert Mueller, ancien patron du FBI et haut fonctionnaire du ministère de la Justice, a été nommé le 17 mai 2017 procureur spécial chargé de l’enquête sur l’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle.

Il est doté de pouvoirs élargis et sa nomination est la conséquence directe du brutal limogeage par le président Trump de James Comey, qui était alors chef de la police fédérale et chargé de l’enquête.

Depuis un an, M. Mueller a inculpé des ressortissants et entreprises russes pour leur rôle dans une campagne de désinformation sur les réseaux sociaux en 2016 visant à augmenter les chances de victoire de M. Trump.

La Russie nie catégoriquement toute collusion mais les services de renseignement américains estiment que M. Poutine en personne a décidé de la campagne de cyberpropagande.

Quatre membres de la campagne Trump-2016 ont aussi été poursuivis mais pour des délits qui ne sont pas directement liés à une éventuelle collusion, qui n’est toujours pas avérée.

Cette affaire russe plombe sa présidence et Donald Trump a contre-attaqué d’un second tweet jeudi en accusant l’administration Obama d’avoir fait espionner sa campagne.

«Ouah, il y a des informations qui sortent comme quoi le FBI de Obama «A ESPIONNE LA CAMPAGNE TRUMP AVEC UN INFORMATEUR EMBARQUE (...) si c’est le cas c’est plus gros que le Watergate», a lancé le président.

Ce thème a également été repris jeudi matin sur Fox News par Rudy Giuliani, l’ancien maire de New York qui fait partie de l’équipe d’avocats du président ainsi que par une autre fidèle et proche conseillère du président, Kellyanne Conway.

Dans un long article très détaillé sur les tout débuts de l’enquête du FBI sur l’affaire, le New York Times a révélé que «au moins un informateur du gouvernement (américain) a rencontré à plusieurs reprises» deux membres de l’équipe Trump, Carter Page et George Papadopoulos, un éphémère conseiller diplomatique de la campagne qui a eu des liens avec des intermédiaires russes et qui désormais collabore avec l’équipe de Robert Mueller.