/entertainment/music
Navigation

4000 danseurs s’éclatent à Lévis pour Hit The Floor

La 8e édition de la compétition a pris son envol jeudi au Centre des congrès de Lévis

Coup d'oeil sur cet article

Le Centre des congrès de Lévis ne dérougira pas jusqu’à lundi. La compétition Hit The Floor, rendez-vous incontournable pour plus de 4000 danseurs, a pris son envol jeudi en faisant trembler les lieux au son de milliers de pas de danse.

Durant les cinq jours de la compétition, un feu roulant de 1065 routines se succéderont une après l’autre devant les yeux de six juges de renommée internationale, entre 7 h 30 et 23 h 30, pour déterminer le gagnant d’une bourse de 10 000 $. Certains danseurs performeront jusqu’à 15 fois durant l’événement. «C’est colossal comme événement, souligne la chorégraphe Geneviève Dorion-Coupal, qui fait partie des juges. J’en ai fait beaucoup de compétitions, je n’aime pas comparer, mais celle-ci est notable.»

Le festival de danse culminera dimanche avec la présentation du Showcase All Stars, dont les billets de la salle principale du Centre des congrès, qui contient 1700 sièges, se sont envolés en cinq minutes. Le spectacle rassemblera les meilleures prestations de la compétition et une performance, entre autres, de la troupe américaine immaBEAST.

Lors du passage du Journal jeudi midi, déjà 81 prestations, la plupart en solo, avaient été données, sur la grande scène de 60 par 40 pieds aménagée dans la salle. Déjà une remise de prix avait eu lieu dans le volet technique (contemporain, lyrique, jazz), avant de céder la place au volet hip-hop et danse urbaine pour l’après-midi.

Durant chacune des prestations, en plus de noter les danseurs selon plusieurs critères, les juges livrent des commentaires audio, qui sont disponibles dès que les jeunes sortent de scène. Geneviève Dorion-Coupal cherche l’émotion dans les prestations. «La danse, c’est un langage du corps. Il y en a qui sont là pour performer et montrer ce qu’ils sont capables de faire. Mais il faut aller plus loin que montrer une ligne, une position, une souplesse», commente-t-elle.

Les juges Cora Kozakis, Alex Wong et Geneviève Dorion-Coupal délibèrent après une avant-midi de prestations.
Photo Stevens Leblanc
Les juges Cora Kozakis, Alex Wong et Geneviève Dorion-Coupal délibèrent après une avant-midi de prestations.

Une notoriété établie

Parmi la centaine de compétitions de danse qui se déroule toute l’année au Canada, Hit The Floor, qui se tient aussi à Gatineau (mars) et à Toronto (avril), se distingue par son ampleur, par la diversité des styles présentés, sa plateforme web et sa programmation qui comporte à la fois des spectacles et des ateliers.

Au fil des ans, l’événement a gagné en notoriété et poursuit sa mission première de changer le paysage de la danse au Québec. La propriétaire de l’école de danse Chaos, au Nouveau-Brunswick, évoque les impacts de la compétition sur ses danseurs. «On se prépare toute l’année pour venir ici, souligne Janique Sivret Aucoin. C’est une des meilleures expériences qu’on peut avoir. On vient depuis la première année et au début, on ne pouvait même pas se classer. On en a fait un objectif. C’est Hit The Floor qui a fait en sorte qu’on s’est amélioré.»

L’animateur des compétitions est le chorégraphe Samuel Chouinard, qui a entre autres fait les chorégraphies des champions olympiques Tessa Virtue et Scott Moir. 
Photo Stevens Leblanc
L’animateur des compétitions est le chorégraphe Samuel Chouinard, qui a entre autres fait les chorégraphies des champions olympiques Tessa Virtue et Scott Moir. 

Plus de 20 000 spectateurs attendus

Au cours de la fin de semaine, plus de 20 000 spectateurs convergeront vers les différentes compétitions. Le fondateur de l’événement, le danseur et chorégraphe Nicolas Bégin, veut attirer un public de plus en plus large. Le laissez-passer pour assister aux cinq jours de compétition est 20 $. Même les néophytes seront impressionnés par le dynamisme des danseurs et leur niveau de compétitivité.

«C’est ce qu’on essaie de développer, soutient Nicolas Bégin. Le public est composé de beaucoup de membres de la famille des danseurs, de l’entourage, mais on commence à avoir un plus gros pourcentage de gens qui viennent juste voir l’événement.»

Hit The Floor génère des retombées économiques de 5 millions $ pour Lévis, alors que 25 000 nuitées sont réservées dans ses hôtels, où les prestations sont diffusées dans les chambres.