/finance/business
Navigation

Du fil sherbrookois distribué partout dans le monde

filspec
Alex Drouin Eric Perlinger, président FilSpec

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Une entreprise de Sherbrooke prouve qu’il est encore possible d’exporter partout dans le monde dans l’industrie du textile à partir du Québec.

FilSpec fabrique des fils spécialisés que l’on retrouve dans de multiples produits, comme des sièges de voiture, des sous-vêtements antifeu pour militaires ou des bas de compression antimicrobes pour les employés du domaine de la santé.

« Il n’y a aucune raison pourquoi une compagnie de Sherbrooke ne pourrait par réussir à l’international », a tranché le président, Eric Perlinger.

Le domaine du textile a dominé l’économie de Sherbrooke pendant des décennies, mais a grandement ralenti depuis 40 ans. Pourtant, FilSpec réussit à se démarquer, grâce à un produit de niche.

Emplois étudiants

Récemment, la compagnie a envoyé sa première commande au Pérou et une autre sera bientôt acheminée au Viet Nam. Les autres produits sont envoyés ailleurs au Canada, aux États-Unis, au Mexique et en Europe.

L’économie de Sherbrooke vibre au rythme de ses deux universités et trois cégeps, mais M. Quintal a mentionné qu’il était important pour une municipalité d’avoir plusieurs secteurs d’emplois diversifiés, et FilSpec en fait partie. L’entreprise compte 172 employés.

D’ailleurs, il n’est pas rare de croiser un étudiant dans les locaux de l’entreprise puisque FilSpec en emploie.

« Il n’y a pas une session où nous n’avons pas un stagiaire dans nos bureaux », a laissé entendre M. Quintal. La compagnie donne également des conférences à l’Université Bishop’s.

Quant à M. Perlinger, il siège au CA d’Espace-inc, un incubateur d’entreprises à Sherbrooke. Son expertise lui permet de favoriser la collaboration et l’apprentissage des autres entreprises.


♦ En 2004, Desjardins Capital est entré dans l’actionnariat pour accompagner les employés et les cadres de l’usine de Sherbrooke voulant redémarrer les opérations. En 2009, Desjardins Capital a réinvesti, avec les employés, pour permettre l’acquisition d’une usine de filature en Caroline du Nord