/sports/opinion/columnists
Navigation

La grosse patente à Toronto

Au centre, Floyd Mayweather semblait bien apprécier ce face-à-face entre Adonis Stevenson et Badou Jack à Toronto, hier.
Photo courtoisie Au centre, Floyd Mayweather semblait bien apprécier ce face-à-face entre Adonis Stevenson et Badou Jack à Toronto, hier.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO  |  Le jet privé de Floyd Mayweather n’a pu décoller à temps le matin et la conférence de presse spectacle prévue pour 11 h a été retardée à 14 h. 

Sans doute que le pilote a eu une grosse envie de pipi au décollage, car la satanée conférence a finalement débuté à 14 h 40. 

Pas trop grave, il était passé 17 h quand on a repris le chemin de l’hôtel. Et j’avais amplement eu le temps de jaser avec Badou Jack, avec Mayweather, avec Adonis Stevenson, avec les dirigeants de Mayweather Promotions et tout le beau monde qui remplissait une vaste salle d’une sorte de casino presque attenant au Centre Rogers. 

Mathieu Boulay vous a résumé tout ce qui s’est dit. En fait, tout était parfait et même Yvon Michel a déclaré à quel point il était heureux de se retrouver à Toronto avec ce gala.

ATTENTION À TORONTO

En fait, la vraie histoire, c’est la ville. La Ville Reine comme on l’appelait dans le temps.

Quand on est sorti pour revenir à l’hôtel, des milliers de personnes se dirigeaient vers le grand stade situé en plein centre-ville. Le soleil valsait à travers les gratte-ciel et on n’avait qu’à lever la tête pour admirer les penthouses à 10 millions. C’est tout ça que Floyd Mayweather a vu quand il a convaincu Al Haymon de déménager le combat de championnat de Montréal à Toronto. D’ailleurs, il a franchement répondu à ma question : « C’est essentiellement une opportunité d’affaires. Badou Jack contre Adonis Stevenson, c’était le combat idéal pour relancer la boxe à Toronto. Et nous sommes très confiants pour la suite des choses », a-t-il expliqué en consultant son président d’entreprise. 

Y a de quoi. Lee Baxter, le co-promoteur avec Yvon Michel, expliquait qu’on aurait sans doute plus de 5000 tickets vendus pour le combat de samedi. Les techniques de vente de Maple Leaf Sports and Entertainment sont spectaculaires. Quand on est propriétaire des Blue Jays, des Maple Leafs, du FC Toronto, des Raptors et des Argonauts, les listes de clients sont généreuses. Et il y a toujours quelqu’un à convaincre qu’il serait un excellent citoyen corporatif s’il encourageait la percée de la boxe à Toronto. 

Et vous voulez savoir, c’est exactement ce qu’on vise. Faire de Toronto la plaque tournante de la boxe au Canada. Watch out, the Anglos are coming !

« JE ME SENS CHEZ NOUS » – STEVENSON

Et il y a Adonis Stevenson. Je ne suis pas d’accord avec la couronne sur la tête et le numéro de comédie que le champion a joué pour Badou Jack... et les caméras de télévision de Showtime. Mais si ça l’amuse, c’est sa tête qui est à la télé. C’est un détail...

Ce qui n’est pas un détail, c’est les trois quarts d’heure que Stevenson a passé à répondre aux questions des journalistes de Toronto. Il était posé, calme, de bonne humeur et répondait en articulant chacune des réponses.

Visiblement mieux que lors des points de presse semblables tenus à Montréal.

D’ailleurs, après que tout le monde eut sucé son bonbon en buvant les paroles d’Adonis, on s’est assis à l’écart avec sa blonde Simone et ses gardes du corps et amis Éric et Ted. Et on a jasé. Ça peut se résumer par une phrase lancée par Stevenson : « Je me sens bien ici. Je me sens chez nous ».

C’est assez clair. Pourtant, le Toronto Star a publié une histoire racontant son passé, mais Stevenson a pu donner sa version et insister sur le fait qu’on n’est plus le même homme à 40 ans qu’à 19 ans.

En fait, Stevenson s’est senti respecté. Et pour un écorché comme lui, c’est un véritable baume...

JACK : UN VRAI DE VRAI

Heureusement qu’Adonis Stevenson se sent bien à Toronto. Parce que le duel qui l’attend contre Badou Jack n’a rien d’une sinécure. 

Badou Jack a affronté des champions du monde ou des anciens champions du monde lors de ses six derniers matchs. Et je peux témoigner qu’il dit vrai quand il soutient que c’est lui qui a demandé ce combat contre Stevenson et non le contraire. Il me l’avait confié en août à Las Vegas lors du cirque Mayweather-McGregor. Ça fait un bail.

La plupart des experts estiment que les chances de Badou Jack et de Stevenson de gagner le combat sont de 50-50.

Jack est plus grand et est un excellent boxeur. Stevenson cogne comme un forgeron sur son enclume et est bien meilleur que les fans ne le croient.

Qui gagnera ?

On le sait. C’est Toronto et Mayweather.