/news/society
Navigation

Sommet du G7: ruée vers les masques à gaz

Tant les manifestants que des résidents des secteurs à risque se préparent aux débordements

Les masques à gaz sont recherchés à Québec en prévision du G7. Le propriétaire de la Boutique Militaire Québec, Pascal Lemieux, indique que tant des manifestants que des résidents de la Haute-Ville se sont procuré des équipements de protection.
Photo Jean-François Desgagnés Les masques à gaz sont recherchés à Québec en prévision du G7. Le propriétaire de la Boutique Militaire Québec, Pascal Lemieux, indique que tant des manifestants que des résidents de la Haute-Ville se sont procuré des équipements de protection.

Coup d'oeil sur cet article

Manifestants comme résidents des zones à risque s’arrachent les masques à gaz en prévision du sommet du G7 et des manifestations qui l’accompagneront à Québec.

Selon le propriétaire de la Boutique Militaire Québec, Pascal Lemieux, les masques à gaz sont particulièrement populaires à l’approche du G7. Les manifestants font évidemment leurs achats en prévision des différentes manifestations prévues à Québec, mais des citoyens prévoyants se sont aussi équipés pour affronter les débordements potentiels.

Les masques à gaz sont recherchés à Québec en prévision du G7. Le propriétaire de la Boutique Militaire Québec, Pascal Lemieux, indique que tant des manifestants que des résidents de la Haute-Ville se sont procuré des équipements de protection.
Photo Jean-François Desgagnés

«C’est allé des deux côtés. J’ai des individus qui en ont acheté pour manifester, mais j’en ai aussi vendu pas mal à des gens qui vivent dans la Haute-Ville et qui vont subir tout ça.»

Souvenirs de 2001

D’après le propriétaire du surplus d’armée de la rue du Pont, les souvenirs enfumés du Sommet des Amériques ont provoqué cet élan de précaution. Les citoyens auraient encore frais en mémoire les débordements violents qui avaient duré quelques jours et qui avaient déclenché une utilisation massive des gaz lacrymogènes.

Durant les deux jours qu’avait duré le sommet, les policiers avaient lancé plus de 5000 bombes lacrymogènes et fumigènes en direction des manifestants, plongeant des quartiers presque entiers dans d’épais nuages de gaz.

Les masques à gaz sont recherchés à Québec en prévision du G7. Le propriétaire de la Boutique Militaire Québec, Pascal Lemieux, indique que tant des manifestants que des résidents de la Haute-Ville se sont procuré des équipements de protection.
Photo Jean-François Desgagnés

«On a tous vécu le Sommet des Amériques. Ceux qui vivent dans la Haute-Ville ne veulent pas revivre les mêmes problèmes qu’en 2001. Les brûlures aux yeux, les difficultés à respirer, ils ne veulent pas revivre ça», souligne Pascal Lemieux.

Recommandations aux marchands

Les autorités ont aussi quincailleries et magasins de peinture à l’œil. Plusieurs commerçants de Québec ont récemment été avisés d’être vigilants lors de la vente de certains produits, plus particulièrement ceux pouvant servir à la fabrication d’engins explosifs.

«Une livre de propane, les petites bouteilles, ça équivaut à un bâton de dynamite. Quand ça saute, ça saute», explique le propriétaire du RONA Limoilou, Dominic Poulin, qui a reçu la visite d’un enquêteur de la GRC au cours des dernières semaines. «Ils nous ont demandé de signaler si on voit des achats inhabituels et en grande quantité.»

Les masques à gaz sont recherchés à Québec en prévision du G7. Le propriétaire de la Boutique Militaire Québec, Pascal Lemieux, indique que tant des manifestants que des résidents de la Haute-Ville se sont procuré des équipements de protection.
Photo Jean-François Desgagnés

Une dizaine de commerces ont confirmé au Journal avoir reçu une telle visite du Groupe intégré de la sécurité.

Au-delà de la vigilance des commerçants, les policiers ont aussi demandé leur collaboration pour identifier d’éventuels manifestants. Chez Bétonel, on confirme avoir eu la directive d’identifier subtilement les acheteurs de produits ciblés.

Les masques à gaz sont recherchés à Québec en prévision du G7. Le propriétaire de la Boutique Militaire Québec, Pascal Lemieux, indique que tant des manifestants que des résidents de la Haute-Ville se sont procuré des équipements de protection.
Photo Jean-François Desgagnés

«Ils nous ont demandé de faire attention et de prendre les plaques d’immatriculation en douce», dit Jean-François Bélanger, directeur de la succursale du boulevard Wilfrid-Hamel. Certains commerçants ont également confirmé au Journal avoir eu la demande par la GRC de photographier les clients suspects ou de les identifier à l’aide de caméras.

Ni la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ni le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) n’ont voulu confirmer ces interventions. Dans le cadre du G7, plusieurs stratégies opérationnelles des corps policiers ne sont pas dévoilées publiquement.

Les masques à gaz sont recherchés à Québec en prévision du G7. Le propriétaire de la Boutique Militaire Québec, Pascal Lemieux, indique que tant des manifestants que des résidents de la Haute-Ville se sont procuré des équipements de protection.
Photo Jean-François Desgagnés

- Avec la collaboration de Catherine Bouchard

La vigilance demandée

Articles à surveiller

Les articles pour lesquels la police demande aux commerçants d’être vigilants. Les autorités souhaitent être avisées si des gens suspects achètent des quantités inhabituelles de ces produits :

  • Bonbonnes de propane
  • Butane
  • Fumigène
  • Poivre de Cayenne
  • Peinture en aérosol
  • Outils divers
  • Clous, vis