/lifestyle/psycho
Navigation

5 choses à savoir sur la mode et nous

5 choses à savoir sur la mode et nous
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

On a un rapport personnel avec la mode : certains s’en inspirent, d’autres s’en foutent, d’autres l’ont délaissée, d’autres en sont esclaves. Souvent, les femmes s’y intéressent beaucoup, mais la plupart des hommes se préoccupent aussi de bien paraître. Pourquoi s’habille-t-on de telle ou telle façon ? L’habit fait-il le moine ? Le printemps est-il une bonne saison pour changer de style ?

1. Trois rôles. Le vêtement est d’abord fonctionnel : il y a des millénaires, nos ancêtres se sont couverts pour se protéger contre le soleil, la pluie, le vent, la neige, mais aussi, affirment les anthropologues, pour cacher leur nudité. Le vêtement est ensuite devenu un outil de communication : chaque tribu avait ses particularités (des plumes pour certains, des couleurs spéciales pour d’autres). Plus tard, les classes sociales élevées se sont distinguées par leur façon de se vêtir. De nos jours, les gens riches portent souvent des vêtements qui les démarquent des autres. Troisième rôle, nos vêtements sont également un outil de séduction : plus on sera joliment vêtu, plus on plaira, pense-t-on généralement à juste titre.

2. Vivre au sein d’un clan. La mode vestimentaire fait partie de nos manières collectives d’exister. On cherche à faire partie du groupe, du clan, de la gang, donc on aime les mêmes couleurs, les mêmes bijoux, les mêmes parures. Par ailleurs, chacun ou chacune éprouve aussi le besoin d’être unique, donc on ajoute ou élimine un petit quelque chose qui nous rend effectivement uniques. En matière de mode, on se situe quelque part entre, d’un côté, l’extravagant ou la fantasque, de l’autre, le ou la conformiste. À nous de voir où l’on se trouve.

3. Le beau est changeant. Autre facette étrange de la mode : elle annonce comme beau ou laid quelque chose qui nous semblait l’inverse il y a très peu de temps. On pense à des pantalons très larges qui tout d’un coup nous semblent élégants, aux grosses boucles d’oreilles rondes qui reviennent en force, à la couleur mauve qu’on percevait comme vaguement insipide ou triste et qui ce printemps devient porteuse de joie de vivre.

4. Réinventer le monde ? La mode est une recherche de nouveauté et d’originalité, mais elle est également une recherche de « rassurance ». On voudrait découvrir quelque chose de neuf, quelque chose qui n’a jamais été vu. Mais on aimerait aussi vivre dans un monde sécurisant. En 2007, Paul Piché a même écrit un livre sur le sujet, Déjà vu, dans lequel il repère le retour périodique des modes musicales et vestimentaires à l’aide d’une équation algébrique. Disons qu’avec la mode, on réinvente un peu, mais pas tant que ça !

5. S’habiller, c’est sérieux. Qu’on suive la mode ou non, notre manière de nous vêtir n’est pas superficielle. Nos vêtements et la façon qu’on a de les porter racontent qui nous sommes aux gens que nous côtoyons. Si cela nous tente, le printemps est propice au changement : la mode est un art et rien ne nous empêche d’adopter un style qui reflète ce qu’on ressent.