/lifestyle/sexromance
Navigation

L’érection: un baromètre?

Sex couple. Sexy couple. Erotica
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Réaction tout à fait naturelle du corps, l’érection survient à la suite d’un stimulus. Conséquence d’une excitation physique, psychique ou sensorielle, elle est obtenue à tous moments de la journée ou de la nuit (érection spontanée) celle-ci peut parfois être un indicateur important de la santé d’un homme. Qu’en est-il réellement ? L’érection peut-elle être un baromètre de la santé cardio-vasculaire, prostatique ? De la santé émotionnelle et relationnelle. Étudions l’érection.

Commençons tout d’abord par identifier de quoi il est composé : deux corps caverneux et un corps spongieux traversé par l’urètre. Sa partie visible est composée du corps du pénis, du gland et des bourses (ou scrotum, qui contient les testicules).

De l’urètre s’écoulent l’urine et/ou le sperme. Notons que le « et/ou » mérite toute l’attention : « Les muscles périvésicaux empêchent le canal, qui va de la vessie à l’urètre, de pouvoir laisser s’écouler l’urine. Ce qui rend impossible le fait de pouvoir uriner et éjaculer en même temps. L’urètre est le même canal, mais on ne peut pas faire les deux. »¹

Lors de la phase de stimulation sexuelle, lorsque l’homme est excité ou qu’il vit une érection spontanée ou nocturne, les vaisseaux sanguins de son pénis (situés à l’intérieur des corps caverneux et spongieux) se gorgent de sang, se dilatent et retiennent celui-ci pour provoquer l’érection.

L’albuginée, cette tunique fibroélastique, entoure les trois cylindres (2 corps caverneux et 1 corps spongieux) et maintient efficacement le sang à l’intérieur du pénis lorsqu’il est en érection. Le travail des muscles du pénis ainsi que des nerfs contribue à maintenir et à faire diminuer l’érection.

Plus fragile qu’il n’y paraît...

De nombreux facteurs influencent non seulement la durée, mais également la fermeté de l’érection, donc la réactivité dépend de plusieurs éléments.

On pense notamment à la consommation de drogue, d’alcool, de médicaments, de pornographie, à l’état de santé mentale, physique et relationnelle et à plusieurs autres éléments de la vie qui peuvent, de façon situationnelle ou chronique, affecter l’érection.

Parfois, les hommes choisissent d’ignorer les signaux liés au dysfonctionnement érectile, ayant pu identifier clairement les perturbateurs – un stress ponctuel, un événement troublant, mais temporaire.

Mais d’autres ignoreront des avertissements qui pourraient peut-être changer le cours de leur vie.

« En cas de trouble de l’érection, surtout à un jeune âge, il est important d’évaluer le risque cardiovasculaire global : la dysfonction érectile peut traduire un problème plus large. L’association entre le trouble de l’érection et la maladie cardiovasculaire (morbidité et mortalité) est connue de longue date. »

Un signe à ne pas négliger

Une équipe américaine de la Florida International University a porté ses recherches « sur la relation avec la maladie cardiovasculaire subclinique (ou infraclinique), c’est-à-dire les signes que l’on peut observer sans que le patient présente des symptômes.

Les chercheurs ont réalisé une méta-analyse, en examinant les données d’une trentaine d’études antérieures. Plusieurs paramètres ont été pris en considération : fonction endothéliale (tonus vasculaire), calcification des coronaires, état des carotides, ainsi que d’autres mesures de l’état de santé (cardio-vasculaire).

Résultat : “Nos travaux confirment une association entre la dysfonction érectile et la maladie cardiovasculaire subclinique, qui partagent des mécanismes communs. Cette étude souligne l’importance d’une prise en charge énergique du risque cardiovasculaire chez les personnes présentant une dysfonction érectile”. En fait, l’athérosclérose (obstruction progressive des artères) est une maladie généralisée, et elle peut concerner l’artère pudendale interne, qui alimente la verge en sang, un processus nécessaire à l’érection. Si cette artère est altérée, l’érection s’en ressent, et cela peut révéler un problème artériel plus étendu. »²

À la lumière de plusieurs recherches médicales, il pourrait s’avérer pertinent d’effectuer un suivi lorsque la dysfonction érectile se poursuit au-delà de six mois. Que ce soit avec votre médecin ou avec un thérapeute spécialisé.

Bref, soyez vigilants et prenez soin de votre santé érectile.


¹Dr Sylvain Mimoun, gynécologue-andrologue-psychosomaticien, tiré d’un texte de Allo Docteur Pourquoi est-il impossible d’uriner lorsqu’on est en érection ?, 29 mai 2015.

²Vascular Medecine, Sage journals, 26 mars 2018.

Les érections proviennent de différents stimuli, voici les principaux :

  • Psychique : le désir, l’imagination et les images procurées par la pensée
  • Physique : le toucher, les caresses, sur le pénis et/ou les zones érogènes
  • Sensoriel : un parfum, la vue d’un corps désirable, d’une situation excitante...
  •  Une réaction involontaire (nocturne, réflexogène) du corps.