/travel/outdoors
Navigation

Un village inondé par la mer & le ciel

La baie de Natashquan
Photo courtoisie La baie de Natashquan

Coup d'oeil sur cet article

La route est longue jusqu’à Natashquan, mais elle en vaut la peine. Elle donne accès à un village charmant réputé pour être l’un des plus ensoleillés du Québec et aussi l’un des plus venteux. Un village inondé par la mer et par le ciel. Et qui fut source intarissable d’inspiration pour notre grand poète Gilles Vigneault !

C’est d’ailleurs l’ancêtre Vigneault qui est venu fonder ce village en 1855 en compagnie d’autres pêcheurs madelinots. Arrivés à bord d’une goélette, ces derniers se sont installés dans la grande baie de Natashquan, convaincus d’y trouver une vie meilleure. C’est ainsi que s’est développé le pays des Vigneault, des Cormier, des Chiasson, des Lapierre...

Ce village, Gilles Vigneault l’a beaucoup chanté à travers ses personnages légendaires. Pour lui rendre hommage, les villageois ont revampé la vieille école de 1913, que l’artiste a fréquentée de la première à la septième année (de 1935 à 1942) et ils l’ont transformée en musée. On fait ainsi connaissance avec l’œuvre du poète et les personnages qui l’ont inspiré, tels Caillou Lapierre, Jean du Sud, Jack Monoloy, John Débardeur... et dont la plupart reposent dans le cimetière paroissial.

La petite école de Gilles Vigneault
Photo courtoisie
La petite école de Gilles Vigneault

À partir de cet été, il sera aussi possible de visionner un film sur l’enfance de l’artiste au site familial de Gilles Vigneault, où se trouvent la maison du grand-père avec ses dépendances ainsi que la maison paternelle où Gilles Vigneault a été élevé.

Un comité de sauvegarde du patrimoine de Natashquan s’est donné comme mandat de restaurer et remettre en valeur ces bâtiments. Le projet est d’offrir en ce lieu une résidence d’artiste pour les poètes, peintres, écrivains et d’y créer aussi un théâtre de poche.

L’air du large

Au cœur du village, le magasin général d’autrefois a aussi été reconstitué. On vous raconte l’histoire de Natashquan et on vous parle de ses traditions, comme celle de la mi-carême. L’église paroissiale mérite également un arrêt. Construite avec le bois d’un navire qui a fait naufrage en 1860, cette église est l’une des plus vieilles de la Côte-Nord. Son plafond intérieur a la forme d’une coque de bateau renversée.

L’église de Natashquan
Photo courtoisie
L’église de Natashquan

On profite bien sûr de notre visite à Natashquan pour se connecter à l’air du large ; on emprunte la promenade de bois « Le parcours des anciens » qui mène à la belle baie sablonneuse de Natashquan, où il fait bon marcher et se baigner. C’est le chemin qu’empruntaient autrefois les pêcheurs pour aller et venir aux galets, ces petits bâtiments de bois serrés les uns contre les autres, où l’on entreposait le matériel de pêche. Ils sont maintenant l’emblème du village. Il ne reste que quelques-uns de ces bâtiments, fièrement conservés, dont certains ont plus de 150 ans.

Enfin, le secret le mieux gardé de l’endroit est la belle plage déserte de 40 kilomètres qui marque l’entrée du littoral de la Basse-Côte-Nord, de l’autre côté de la grande rivière Natashquan. L’endroit est sublime.


Se rendre à Natashquan :

  • Pour que la route paraisse moins longue, on se procure l’audioguide routier « Sur la route de Natashquan », dans lequel les gens du pays racontent leur histoire et présentent leur milieu de vie sur un parcours de 160 kilomètres. On peut louer cet audioguide au bureau touristique de la Minganie (Chute Manitou, à mi-chemin entre Sept-Îles et Havre-Saint-Pierre) ou au Portail Pélagie-Cormier (Havre-Saint-Pierre).
  • Arrêt obligé au village de Baie-Johan-Beetz. Un décor de carte postale avec le beau manoir de bois qui domine le village.

Où dormir ?


Où manger ?

  • Café Bistro L’Échouerie. Ce café est situé au bord de la plage. Il est doté d’une terrasse, d’une salle de spectacles et d’un coin pour jaser ou flâner. 418 726-6005

Quoi faire ?

  • Natashquan est une destination pour le plein air : excursions en canot, kitesurf, randonnée pédestre... On s’informe au centre d’accueil touristique.
  • Festival du conte et de la légende de l’Innucadie, du 9 au 12 août. C’est le rendez-vous de la musique, du conte, de la parole et de la culture, avec une programmation qui met en valeur la cohabitation plus que centenaire des Innus (qui habitent le village voisin de Pointe-Parent) et des descendants acadiens de ce coin de pays.
  • tourismecote-nord.com