/opinion/blogs/columnists
Navigation

Non, Grenoble n’est pas un exemple à suivre pour Montréal

Non, Grenoble n’est pas un exemple à suivre pour Montréal
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le maire écologiste de Grenoble, Éric Piolle, était récemment de passage à Montréal. Il a partagé la scène avec Valérie Plante pour rendre compte de sa politique visant à réduire la place de la voiture dans le centre-ville de la « capitale des Alpes ». Son discours fait écho à celui de la mairesse de Montréal, qui a récemment décidé d’interdire aux voitures l’accès à la route qui passe par le mont Royal. Mais Grenoble peut-il servir d’exemple pour Montréal?

Même si la météo et la taille de cette ville du sud-est de la France ne sont pas comparables à celle de Montréal, sa politique est riche d’enseignement sur les conséquences inattendues des politiques publiques.

Le maire de Grenoble avait déjà frappé en réduisant la vitesse de circulation des voitures à 30 km/h. Les nouvelles mesures prises par la mairie dans le cadre de son opération « Cœurs de villes, cœurs de métropoles » vont encore plus loin : piétonnisation de certaines rues, réduction du nombre de voies, création de sens interdits, agrandissement des trottoirs, développement d’autoroutes à vélos, plantage d’arbres, etc.

La vision est simple : le centre-ville ne devrait être réservé qu’aux piétons et aux cyclistes. Pour cela, il faut faire tout ce que l’on peut pour forcer les citoyens à se déplacer de ces manières. La ville organise même des opérations publicitaires avec l’argent du contribuable pour inviter les citoyens à faire du vélo!

L’un des arguments principaux pour réaménager le centre-ville pour les piétons est de favoriser les commerces de proximité. Or, les travaux d’aménagements suscitent déjà les craintes des commerçants en raison de la baisse des fréquentations.

Congestion et pollution

Le réaménagement du centre-ville et l’abaissement de la vitesse de circulation des voitures à 30 km/h ont complètement raté leur cible. Ces mesures ont empiré la situation des automobilistes : Grenoble est passée de la 10e à la 6e place au palmarès des villes françaises les plus congestionnées. À 450 000 habitants, elle se compare à Laval ou à Québec. Pourtant, les automobilistes y passent 8 % de leur temps dans les embouteillages et, en période de pointe, il faut parfois jusqu’à 1 h 45 minutes pour traverser la ville en voiture!

Ce problème d’accès des voitures au centre-ville a ralenti l’activité économique et accentué le grave problème de pollution de Grenoble. Un an seulement après la mise en place de ce vaste projet de réaménagement urbain, Grenoble reste l’une des villes françaises les plus polluées, malgré sa taille relativement modeste. La pollution sonore a aussi beaucoup augmenté dans certains quartiers où se concentrent les embouteillages.

En bloquant l’accès de la ville à des milliers d’automobilistes, la Ville a contribué à faire baisser la fréquentation des commerces de centre-ville. Un an après le lancement de l’opération, de nombreux commerçants évoquent un chiffre d’affaires en baisse et le témoignage de leurs clients qui ne veulent plus se rendre en ville en raison des embouteillages. Si ça vous rappelle de mauvais souvenirs, ce n’est pas un hasard : à Montréal, les travaux répétés et incessants sur la rue Saint-Laurent et l’avenue du Parc et, dans une moindre mesure, sur Saint-Denis, ont aussi fait mal aux commerçants.

Bref, les projets de réaménagement de Grenoble ont coûté cher aux contribuables (15 millions $), ont rendu difficile l’accès à la ville, n’ont pas fait diminuer la pollution (au contraire), et ont affecté négativement l’activité des commerçants du centre-ville. Ce bilan est de mauvais augure pour ce qui est des travaux de réaménagement en cours de la rue Sainte-Catherine à Montréal, qui sont assez similaires.

Ça non plus ce n’est pas un hasard, puisque le maire de Rosemont fait partie de l’équipe de la mairesse Plante, et que les travaux sur la rue Sainte-Catherine sont inspirés de ceux de la Plaza Saint-Hubert, où l’on a aussi ouvert la chasse aux automobilistes. Ceux-ci, qui sont aussi des clients (on a tendance à l’oublier), y penseront à deux fois pour naviguer des artères rétrécies avant aller tourner en rond pour espérer trouver des places à 3 $ l’heure, quand il y a des centres commerciaux pas loin qui offrent du stationnement gratuit, sans souci. On s’entend, éloigner du centre-ville les familles qui utilisent leur automobile n’est pas le meilleur moyen de le redynamiser ni d’aider les commerçants locaux.

En fait, quand on y repense, Grenoble est un bon exemple pour Montréal, mais de ce qu’il ne faut surtout pas faire.