/opinion/columnists
Navigation

La faute à Drainville

Coup d'oeil sur cet article

Selon une étude sur la radicalisation rendue publique cette semaine, ce sont les discussions entourant la charte des valeurs du PQ qui ont poussé des jeunes musulmans à se radicaliser.

Yep.

Pas des imams radicaux, non.

Pas les défenseurs d’un islam politique qui utilisent les médias sociaux pour encourager les jeunes à participer à la guerre sainte.

Mais Bernard Drainville.

À genoux, tous!

La Commission scolaire de Montréal reçoit 500 demandes d’accommodements pour des motifs religieux par année, mais on n’aurait pas le droit de débattre de la place de la religion dans l’espace public.

Ce serait raciste, xénophobe et intolérant.

Une policière veut porter le voile ? Surtout pas un mot, ça risque de pousser des jeunes musulmanes dans les griffes de l’État islamique !

Des parents veulent retirer leurs enfants de tel ou tel cours, car ce qu’on y enseigne va à l’encontre de leurs valeurs religieuses ?

Pas de problème, on respecte votre culture !

Vous pouvez même les retirer de l’école au grand complet, si ça vous chante, afin qu’ils puissent grandir sans jamais entendre parler de sciences !

Partout en Occident, les démocraties s’interrogent sur la façon d’encadrer les demandes de plus en plus nombreuses d’accommodements pour des motifs religieux.

Mais ici, au Québec, on ne doit pas en parler.

Il faudrait balayer le sujet sous le tapis et faire comme s’il n’existait pas...

Devant la religion, il n’y aurait qu’une position moralement et socialement acceptable : à genoux, les yeux fermés et la tête baissée, pour ne rien voir.

Comme l’Église catholique a fait devant ses prêtres pédophiles.

Haro sur les nationalistes!

Dans son étude, le chercheur Amarnath Amarasingam affirme que le malaise des jeunes musulmans québécois pourrait empirer si des partis politiques nationalistes venaient à prendre plus de place au Québec.

Comme la CAQ, par exemple ! Ou le PQ !

C’est Philippe Couillard qui va être content. C’est maintenant SCIENTIFIQUEMENT prouvé : les nationalistes attisent le racisme !

Non seulement ça, mais ils transforment d’honnêtes jeunes gens en machines à tuer !

Ce n’est plus seulement immoral de se questionner sur la place de la religion dans l’espace public.

C’est dangereux !

Si je disais à une fille qui se promène en mini-jupe le soir : « Non, mais que fais-tu là ? Cache tes jambes, voyons, tu excites les pervers ! », vous me traiteriez – avec raison – d’imbécile.

Eh bien, c’est la même chose.

Ce ne sont pas les extrémistes religieux qui sont à blâmer pour la radicalisation de nombreux jeunes Québécois, oh que non.

C’est la société québécoise, qui veut parler trop librement de la religion !

Gardez-vous une petite gêne !

Mettez un voile sur vos propos !

Cachez cette laïcité que je ne saurais voir !

Faites preuve de pudeur intellectuelle !

Sinon, vous allez exciter les radicaux !

Et si ça pète, ce sera de votre faute !

Un autre coup de fouet

Parfois, j’ai l’impression que le Québec fait partie de l’Opus Dei.

On aime ça se fouetter, s’autoflageller.

« Regardez comme nous sommes méchants. Nous osons nous questionner sur la place de la religion. Nous méritons un châtiment !

« Que monseigneur Couillard nous pardonne ! »