/sports/football/alouettes
Navigation

Rupture entre Josh Freeman et les Alouettes : une affaire mystérieuse

Rupture entre Josh Freeman et les Alouettes : une affaire mystérieuse
Photo courtoisie Alouettes

Coup d'oeil sur cet article

Pas toujours facile d’avoir l’heure juste avec les Alouettes de Montréal. Peu après que l’organisation de la Ligue canadienne de football eut annoncé que le quart-arrière Josh Freeman prenait sa retraite, l’agent du joueur a confirmé, samedi après-midi, qu’il n’était pas prêt à accrocher ses crampons. Au contraire, l’Américain de 30 ans souhaiterait même effectuer un retour dans la NFL.

Pour ajouter à la confusion, le directeur général des Alouettes, Kavis Reed, a expliqué après l’entraînement des siens au Parc olympique que Freeman avait été libéré par la formation montréalaise.

«Nous tentons présentement d’identifier qui seront nos partants cette saison, avait-il indiqué. À ce moment-ci, Josh n’était pas notre [quart] numéro un, ni numéro deux. Nous devons commencer à prendre des décisions pour former l’équipe et nous avons décidé de continuer sans Josh.»

Prise de concert avec le personnel d’entraîneurs, la décision aurait été annoncée samedi matin à Freeman.

«On s’est assis à l’hôtel pendant 30 minutes, nous avons échangé sur la situation, a raconté Reed. C’est un vrai professionnel et nous avons eu un très bon dialogue. Il a compris la décision. Je ne pense pas que ça ferme la porte pour Josh. Je crois que c’est plutôt l’opportunité pour lui d’avoir un nouveau départ. C’est un gars vraiment talentueux. C’est juste qu’à ce moment précis, ça n’a pas fonctionné.»

Retraité ou non?

Larikus Scott, un agent certifié de la NFL qui représente Freeman, a présenté la situation un peu différemment. D’ailleurs, il soutient que son client n’a pas été libéré par les Alouettes, pas plus qu’il n’a pris sa retraite du football.

«Ç’a été une décision mutuelle de mettre fin à leur association, a précisé Scott lors d’un entretien téléphonique. Josh a décidé de prendre sa retraite de la Ligue canadienne de football, mais pas du football. Il a encore l’intérêt de jouer. On va partir de là, mais il aimerait éventuellement pouvoir rejouer dans la NFL.»

M. Scott assure que Freeman n’a pas d’amertume envers les Alouettes bien qu’il aurait évidemment préféré une issue différente.

«Il a aimé l’équipe et Montréal, même si son passage a été court. Il aimerait un jour y retourner, peut-être même pour jouer, mais ce ne sera pas pour tout de suite.»

L’acquisition de Freeman, ancien premier choix des Buccaneers de Tampa Bay lors du repêchage de 2009, avait été annoncée par les Alouettes en janvier dernier. Le quart-arrière, qui a effectué 61 départs dans la NFL entre 2009 et 2015, avait signé une entente de deux ans avec l’équipe montréalaise.