/opinion/columnists
Navigation

Voter le 1er octobre

Coup d'oeil sur cet article

Le PQ a beau lancer officiellement sa campagne électorale en fin de semaine, elle semble être déjà bien amorcée pour l’ensemble des partis politiques. Les attaques se font de plus en plus importantes. Même QS, qui se targue de faire de la politique autrement, n’a pu retenir une attaque sur Marwah Rizqy, Gabriel traitant de « naïve » celle qui pense pouvoir faire changer d’idée le PLQ sur la gratuité scolaire.

Pour connaître un peu la principale intéressée, elle est loin d’être naïve ; elle est plutôt très ambitieuse. Cependant, je doute aussi de son succès sur ce dossier, car je ne crois pas que les libéraux sont prêts à changer leur position sur le sujet. 2012 n’est jamais bien loin.

Site web

Les libéraux ont même lancé cette semaine un site web pour dénoncer certaines positions de la CAQ, qu’on dit en avance dans les sondages. Nous n’avons même pas encore franchi le mois de mai que les attaques s’organisent de façon plus structurée. Je vous souhaite de prendre de longues vacances cet été, autrement vous serez peut-être à bout avant même le déclenchement officiel des élections, fin août.

Et si on changeait les choses

Pourtant, ces élections à date fixe pourraient être le moment idéal pour permettre aux différents partis de faire connaître plus en profondeur leurs propositions, leurs plateformes politiques. Car, soyons francs, la majorité des citoyens ne prennent pas le temps de lire ces dossiers volumineux, préférant se fier à leurs réseaux sociaux, aux grands titres des journaux ou aux sondages pour se faire une opinion.

Cependant, plusieurs d’entre eux, une fois les élections passées, se disent déçus de constater que leur choix de parti ne répond pas à leurs aspirations. Et si les partis faisaient comme le PQ et présentaient leurs plateformes en avance, on pourrait peut-être s’élever au-dessus des chicanes de clôtures.