/24m/urbanlife
Navigation

Des logements sociaux dans l'arrondissement de Verdun

Des logements sociaux dans l'arrondissement de Verdun
NADIA LEMIEUX/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Des logements sociaux seront construits sur les terrains municipaux du boulevard Gaétan-Laberge à Verdun, a annoncé lundi le maire de l’arrondissement, Jean-François Parenteau, à des dizaines de citoyens venus interpeler les élus à l’Hôtel de Ville.

Les habitations communautaires Entre-deux-âges convoitaient depuis quelques années une partie des terrains situés au nord du boulevard Gaétan-Laberge, entre les rues Rhéaume et Hickson, pour y construire 120 logements avec services pour personnes ainées en perte d’autonomie.

«Depuis trois ans, on attend une lettre de la Ville qui nous confirme qu’ils nous réservent les terrains. Aujourd’hui, on a reçu cette lettre», s’est réjoui son président Bernard Bastien.

Terrains réservés

L’organisateur communautaire au comité d’action des citoyennes et citoyens de Verdun, Steve Baird, a expliqué que les élus de l’arrondissement avaient voté en faveur de la construction de logements communautaires en 2014, mais que le dossier avait depuis fait du surplace.

L’annonce du maire Parenteau est une bonne nouvelle pour l’arrondissement, qui connait un déficit de logements sociaux, a-t-il précisé.

«Il y a quand même pas mal de pauvreté à Verdun et les loyers augmentent beaucoup, donc des gens se retrouvent coincés», a-t-il déploré.

Depuis cinq ans, seulement 46 unités de logements sociaux ont été construites à Verdun. Jusqu’à 300 unités, entre autres pour les ainés et les autochtones, pourraient être construites sur Gaétan-Laberge, selon M. Baird.

Décontamination

Jusqu’en 2003, les terrains concernés ont servi de lieu d’élimination de matières résiduelles. Ils doivent donc être décontaminés.

Des évaluations font état de travaux de décontamination qui pourraient s’élever à 20 millions $. Une partie des coûts serait cependant absorbée par les coûts de construction, a mentionné Steve Baird.

Les différents partenaires auront trois ans pour élaborer un montage financier.

«On s’est entouré de [groupes de ressources techniques] avec différents projets, comme Montréal Autochtone. Si on se met deux ou trois ensembles, à travailler et à tirer pour faire des montages financiers communs, je pense qu’on va y arriver», a déclaré Jean-François Parenteau.