/investigations
Navigation

Formule E: la Ville a contourné les règles

L’Inspecteur général publie un rapport dévastateur sur l’octroi d’un contrat à evenko pour la Formule E

Formule E
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Montréal a contourné les règles pour donner le contrat d’organisation de la course de Formule E à evenko malgré les mises en garde de ses propres avocats, selon un rapport dévastateur du Bureau de l’inspecteur général (BIG).

Selon l’enquête du BIG, la firme evenko, une filiale du Goupe CH qui est aussi propriétaire du Canadien de Montréal, a bénéficié des largesses de l’ex-administration Coderre pour cet événement qui s’est avéré un fiasco.

L’ancien maire et des membres de son cabinet ont voyagé à deux reprises avec des dirigeants d’evenko pour assister à des grands prix de Formule E (FE) avant même l’octroi du contrat. La Ville et evenko ont également été impliquées dans les négociations avec les dirigeants du championnat de Formule électrique avant même que la course soit officialisée.

Le rapport déposé aujourd’hui souligne les liens de proximité entre Denis Coderre et le vice-président d’evenko, Jacques Aubé.

«Le maire a personnellement appelé le président d’evenko pour lui demander de faire partie du projet FE à Montréal et de l’aider à en faire un grand succès», peut-on lire dans le document.

C’est d’ailleurs le maire qui a présenté evenko aux grands patrons du circuit de Formule E en septembre 2015, deux ans avant la course.

Déficits anticipés de 11 à 20 M$

À l’époque, evenko était considérée comme le promoteur potentiel de la course. Or, en 2016, la firme a refusé de jouer ce rôle. Selon les différents scénarios financiers qu’elle a formulés, elle aurait essuyé des pertes entre 11 et 20 millions $ par année pour les trois premières éditions.

Refusant de prendre un tel risque financier, evenko a plutôt offert ses services comme sous-traitant pour l’organisation de la course. Malgré les pertes financières anticipées, la Ville a tout de même poursuivi ses démarches pour obtenir la course.

L’administration Coderre a alors opté pour la création d’un organisme à but non lucratif, Montréal c’est électrique (MCE) qui agirait comme promoteur. Le service d’assistance juridique de la Ville a toutefois averti le cabinet du maire de ne pas utiliser l’OBNL comme courroie de transmission entre la Ville et evenko.

«Créature de la Ville»

«Le Service d’assistance juridique craignait que l’OBNL soit créé pour contourner les règles et octroyer le contrat à evenko, et que c’est d’ailleurs pour cette raison que les mises en garde ont été émises plusieurs fois», lit-on dans le rapport.

Même si les avocats de la Ville l’incitaient à garder ses distances de l’OBNL, le cabinet a continué de s’impliquer directement dans l’organisation. Interrogé par le BIG, le président du conseil de MCE, Sylvain Vincent, a qualifié lui-même son organisme de «créature de la Ville de Montréal».

La course de FE de Montréal n’aura connu qu’une édition. Montréal c’est électrique a déclaré faillite en début d’année. L’organisme a presque entièrement épuisé les 10 millions $ de la marge de crédit garantie par la ville de Montréal. Ses créanciers dont evenko et la Formula E Operations lui réclament maintenant plus de 32 millions $.

Les principaux acteurs

Le maire omniprésent

Le maire Denis Coderre s’est rendu en personne en juin 2016 à Monaco pour négocier certains aspects du contrat avec les dirigeants de la Formule E et le futur organisme Montréal, c’est électrique. C’est également lui qui a négocié personnellement la commandite de 850 000 $ versée par Hydro-Québec. Le maire a aussi imposé le choix d’une piste au centre-ville.

La «chef d’orchestre»

Au quotidien, celle qui tirait «beaucoup de ficelles» pour l’organisation de la FE était «la conseillère principale du maire», Marie-Josée Reid.

Selon le BIG, elle était impliquée dans les négociations pour le contrat avec la Formule E et evenko. Elle a même sollicité des conseils juridiques aux avocats d’evenko. Elle a également participé au choix des membres du CA et du directeur général de Montréal, c’est électrique. C’est également elle qui a rempli les demandes de subvention aux gouvernements provincial et fédéral.

La marionnette

Le directeur général de l’organisme Montréal, c’est électrique semblait être une marionnette aux mains du cabinet du maire et d’evenko. Simon Pillarella ne connaissait rien à l’organisation d’une course lorsqu’il a été embauché comme DG. «Il fallait que je fasse ce que le monde demande, parce qu’il y avait des forces beaucoup plus grandes que moi là-dedans», a-t-il dit aux enquêteurs du BIG.

Le sous-traitant très impliqué

Le vice-président d’evenko, Jacques Aubé, a été impliqué dès 2015 pour prendre part à la course de FE. La firme était d’abord pressentie pour être promoteur. Après une analyse financière montrant que l’événement occasionnerait des déficits de 11 à 20 M$, les dirigeants d’evenko ont refusé d’être promoteurs.

L’entreprise a quand même participé aux négociations du contrat et obtenu un rôle de sous-traitant pour l’organisation de la course, facturé 2 M$ par année.

Pour un simple sous-traitant, evenko avait de grandes responsabilités. Elle a touché 20 % des commandites, en plus d’embaucher trois employés dont le salaire a été facturé à Montréal, c’est électrique. C’est également evenko qui s’occupait de la comptabilité de MCE et approuvait des factures au nom de l’OBNL.

«L’inspecteur général conclut que l’OBNL “Montréal, c’est électrique” a été utilisé afin de contourner les règles d’octroi de contrats prévues par la loi» – Extrait du rapport du BIG

L’échec de la Formule E en quelques chiffres

13 M$

Déficit enregistré par Montréal, c’est électrique (MCE), l’organisme créé par la Ville de Montréal pour agir comme promoteur de la course.

16 M$

Somme engloutie par la Ville de Montréal pour aménager une piste au centre-ville et diverses autres dépenses.

2 M$

Le contrat entre MCE et evenko prévoit des frais de gestion annuels de 2 millions $, un boni de 500 000 $ et un pourcentage de 20 % sur les commandites

11,5 M$

Montant en subvention promis par le cabinet du maire à MCE. La Ville a versé 3,5 M$, mais le provincial et le fédéral ont refusé de verser les huit millions demandés.