/lifestyle/books
Navigation

Pour être heureux, aimez-vous enfin

Fabrice Midal
Photo © Claude Gassian/Flammarion Fabrice Midal

Coup d'oeil sur cet article

Philosophe et écrivain, pionnier de la méditation en France, Fabrice Midal recommande à ses lecteurs de s’aimer enfin pour être heureux. Pour lui, apprendre à se connaître soi-même et à se faire confiance, dans ses forces comme dans ses faiblesses, est gage de succès : c’est faire preuve de bienveillance totale envers soi-même.

Travailler à s’aimer soi-même, à éprouver de la bienveillance envers soi est une attitude qui permet de développer des relations authentiques avec les autres, avec son partenaire de vie, avec sa famille, avec la société. Dans son nouveau livre, Sauvez votre peau !, il rappelle que cultiver le narcissisme - dans le sens positif du terme - est une excellente chose.

S’aimer soi-même est pourtant un concept bourré de préjugés. « Nous sommes victimes d’un discours idéologique très culpabilisateur. S’aimer serait égoïste, une faute morale. Le mot serait haïssable. Je crois que ce discours fait des ravages. Il est temps de comprendre que s’aimer est juste et légitime », explique-t-il dans une entrevue par courriel.

Fabrice Midal écrit que « nous sommes tous des vilains petits canards appelés à devenir cygne ». Comment s’y prendre pour avancer vers la métamorphose ? « Il faut justement cesser de se sentir coupable parce que nous ne sommes pas comme tout le monde », appuie-t-il. « Du reste, qui l’est ? Et à partir de là, à partir de cette acceptation de notre singularité, nous favorisons la métamorphose ».

Performance ?

Dans le livre, Fabrice Midal met les lecteurs en garde contre une chose terrible, bien de notre temps : la dictature de la performance. Pour la contrer, il faut, dit-il, commencer par la repérer. « Le problème est que, insidieusement, nous l’intégrons sans nous en rendre compte » .

« Les gens qui font des burn-out ont juste le sentiment de ne pas en faire assez. Ils ne se rendent pas compte qu’ils sont écrasés par la pression. Et en plus, au lieu de leur dire, ‘‘ce n’est pas de ta faute, tu as voulu bien faire, au point de t’oublier.’’, on les culpabilise. C’est insupportable ! »

Voilà pourquoi il suggère aux gens de sauver leur peau. « Cela peut prendre plein de sens différents : dire non, savoir se respecter, ne plus accepter d’être maltraité... »

Méditez !

D’après son expérience, la méditation peut aider les gens à « sauver leur peau » et se sentir mieux avec eux-mêmes. « Il y a méditation et méditation. La méditation que je propose, celle que j’enseigne, ne vise pas à vous rendre plus performant, à vous déshumaniser davantage, mais à vous rencontrer avec bienveillance. C’est tout différent ».

Il précise. « Cette forme de méditation ne vise pas à vous calmer, à vous détacher de la réalité, mais à la rencontrer avec douceur et curiosité ».

<b><i>Sauvez votre peau !</i></b><br>
Fabrice Midal, Éditions Édito, 192 pages
Photo courtoisie, Éditions Édito
Sauvez votre peau !
Fabrice Midal, Éditions Édito, 192 pages