/opinion/columnists
Navigation

Interdit aux gens de droite

Coup d'oeil sur cet article

La gauche aime beaucoup la diversité – sexuelle, ethnique, religieuse.

Mais quand vient le temps de célébrer la diversité des opinions, nos bien-pensants se referment comme une huître.

PROTÉGER LES PETITS LAPINS

Parlez-en à Jérôme Blanchet-Gravel.

Auteur d’un brillant pamphlet sur le multiculturalisme (La face cachée du multiculturalisme, qui connaît un bon succès en France), ce jeune intellectuel a récemment été expulsé d’un bar du Quartier Latin à Montréal, car on « n’aime pas ses opinions ».

« Finis ta bière et sors d’ici, lui a dit un serveur qui l’a reconnu. Tu n’es pas bienvenu dans notre bar et tu n’es pas bienvenu à Montréal. »

Jérôme Blanchet-Gravel ne venait pas de prononcer un discours enflammé debout sur une table. Il ne dissertait pas à voix haute sur les dangers du multiculturalisme ou la complaisance de la gauche envers l’islam radical.

Il parlait tout doucement avec un ami.

Mais voilà : c’est un gars de droite, et dans ce bar situé à un jet de pierre de l’UQAM, on ne fait pas de différence entre la droite et l’extrême droite.

Tout ce qui est à droite de Québec solidaire fait partie de l’empire du mal.

C’est comme sur les cartes géographiques du Moyen-Âge : il y a Québec solidaire au centre, puis l’enfer tout autour.

Avec des démons et des dragons.

Après les safe spaces dans les universités, voici maintenant les « safe bars ».

Où les petits lapins fragiles peuvent siroter une bière artisanale sans être confrontés à des idées qu’ils ne partagent pas.

CHACUN DANS SON COIN

On sent ici l’influence directe des médias sociaux.

Tu ne partages pas mes idées ? Tu ne penses pas 100 % comme moi ? Tu ne fais pas partie de ma gang ?

Alors je vais te bloquer.

Terminés, la discussion et l’échange.

Chacun reste sur ses positions et s’enferme dans son petit ghetto idéologique.

Si ça continue, au lieu d’installer des fumoirs dans les bars, on va installer des parloirs en vitre, où les méchantes personnes de droite pourront discuter entre elles sans contaminer les autres.

On leur demandera même de porter une cloche autour du cou pour qu’on puisse les entendre venir de loin.

« Oh, il y a un méchant intellectuel conservateur à 100 mètres d’ici. Vite, tous aux abris ! Cachez les enfants pour les protéger ! »

Le pire est qu’il y a plein d’internautes qui vont sur le site du bar pour féliciter le serveur !

Même si la Charte des droits et libertés dit noir sur blanc qu’il est strictement interdit de discriminer une personne sur la base de ses convictions politiques.

LES FIDÈLES

Les institutions d’enseignement supérieur ressemblent de plus en plus à des chapelles, des monastères.

On n’y brasse plus les idées : on y forme des adeptes, des fidèles.

Qui a dit qu’on s’est débarrassé de la religion, au Québec ?

On a juste remplacé les églises par des universités.

D’ailleurs, le pavillon principal de l’UQAM a été construit dans une ancienne église. Le clocher est devenu le symbole de l’université !

On sonne les cloches pour avertir les croyants que la messe est commencée.

Vite, ouvrez votre missel à la page 35 !