/news/politics
Navigation

Ottawa achètera le pipeline Trans Mountain pour 4,5 milliards $

Oléoduc Trans Mountain
Photo courtoisie, Kinder Morgan Energy Partners - Archives

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | À deux jours de l’ultimatum posé par la pétrolière américaine Kinder Morgan, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il achètera le projet d’expansion du pipeline Trans Mountain pour la somme de 4,5 milliards $.

«Afin de garantir la saison de construction estivale et d’assurer que le projet soit complété dans un délai raisonnable, le gouvernement a conclu une entre avec Kinder Morgan pour acheter le pipeline Trans Mounain et les infrastructures reliées à l’agrandissement», a confirmé mardi matin le ministre des Finances, Bill Morneau, en conférence de presse avant l’ouverture des marchés.

Ce n’est toutefois pas l’intention du gouvernement d’être propriétaire à long terme. Ottawa compte transférer le projet à tout investisseur intéressé «au moment approprié».

Approuvée mardi matin par le Conseil des ministres, la transaction doit être finalisée en août 2018. L’accord permettra aux travaux de construction d’aller de l’avant cet été, a assuré M. Morneau.

Dans le cadre de l’entente, l’Alberta fournira un fonds d’urgence pouvant s’élever jusqu’à 2 milliards $ pour remédier aux «situations imprévues».

Devant l’incertitude causée par l’opposition de la Colombie-Britannique, Kinder Morgan a suspendu en avril tous ses investissements «non essentiels» dans le plan d’expansion du pipeline évalué à 7,4 milliards $, en plus de fixer la date-butoir du 31 mai pour qu’une sortie de crise soit trouvée.

Le Conseil des ministres avait été convoqué plus tôt qu’à l’habitude afin de discuter de la solution mise de l’avant par Ottawa.

Le ministre Morneau avait déjà fait savoir il y a deux semaines que le fédéral serait prêt à indemniser la compagnie texane pour tout retard causé par l’obstruction de la Colombie-Britannique.

Cette offre d’indemnisation demeurera sur la table pour les futurs investisseurs, et s’étendra dorénavant à toute décision judiciaire «qui aurait une incidence catastrophique sur le projet».

La Colombie-Britannique conteste actuellement en cour la compétence fédérale sur l’oléoduc.

Remis en cause également par plusieurs communautés autochtones et groupes environnementaux, le projet d’expansion de TransMountain permettrait d’acheminer 890 000 barils de pétrole des sables bitumineux de l’Alberta vers la côte pacifique.