/opinion/columnists
Navigation

Le Bloc devenu secte

Coup d'oeil sur cet article

Campé à Rome pour quelques jours, c’est par l’intermédiaire des médias québécois que j’ai pris connaissance du love in organisé pour soutenir Martine Ouellet à la veille du référendum sur son leadership. Comparativement à la crise politique italienne, la saga du Bloc apparaît ridicule, mais nous y retrouvons toutefois des similitudes quant à la fragmentation des forces politiques et à l’ego surdimensionné des chefs de parti.

Témoins de Martine

J’imagine la scène de tous ces orateurs qui, à l’invitation de Sophie Stanké, sont venus déclamer leur affection et leur fidélité à la chef bloquiste, quasi élevée au rang de martyre durant la cérémonie. Comme si ce n’était pas suffisant, les nouveaux grands prêtres Monière et Paquette vilipendaient les hérétiques qui ont osé critiquer l’infaillibilité de la chef.

Fidèle à elle-même, celle-ci continue de blâmer les dissidents et elle semble bien près de les excommunier définitivement. Mario Beaulieu serait le seul à échapper à l’anathème jusqu’à la prochaine colère divine. Je ne sais pas comment Martine Ouellet peut croire être le fer de lance du rassemblement des forces indépendantistes, alors qu’elle s’est avérée incapable de solidariser son caucus parlementaire et de maintenir l’unité dans son propre parti.

Le polythéisme politique

L’incapacité de la chef à rallier les différents courants présents au sein de sa formation entraînera le Bloc à se scinder en deux partis politiques, et peut-être plus, en se remémorant les déclarations de certains dissidents. Chose certaine, cela ne contribue en rien à la cohésion du mouvement indépendantiste, tout comme la multiplication des partis en Italie ne favorise pas la cohésion sociale.

L’expérience italienne nous démontre ces jours-ci les affres de cette multiplication de l’offre politique après qu’environ 75 partis se soient disputé les législatives et que le processus de formation d’un gouvernement ait échoué. Pour éviter les contradictions, plus de dialogue et moins de gourous s’imposent.