/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Le monde est fou

Coup d'oeil sur cet article

Chaque semaine, je pourrais écrire une chronique sur un autre exemple de rectitude politique débile qui contamine tous les milieux. Quand ce n’est pas une chroniqueuse qui s’offusque des tableaux de femmes nues dans les musées, c’est une auteure qui veut bannir certains mots de notre vocabulaire, car ils sont trop patriarcaux.

La police des Mœurs Progressistes distribue allègrement ses contraventions.

Mais j’avoue que l’exemple que je vous propose aujourd’hui est assez gratiné, merci. C’est le Musée des beaux-arts de l’Ontario (AGO) qui a effacé le titre d’un tableau d’Emily Carr, car il contenait le mot « indien » et que ce mot « fait de la peine » à certains. Après le révisionnisme historique, le révisionnisme culturel.

PEINDRE LA RÉALITÉ

Emily Carr est une peintre canadienne, morte en 1945, une des rares femmes dans un milieu presque exclusivement masculin. En 1929, elle a peint une toile magnifique, qu’elle a intitulée Indian Church ou Église indienne, car c’était une église... dans un village autochtone de Colombie-Britannique et qu’en 1929, on appelait les autochtones des « Indiens ».

Mais 90 ans plus tard, le Musée des beaux-arts a renommé l’œuvre. C’est maintenant Church in Yuquot Village.

Wow ! Je suis très contente de savoir que grâce à ce changement, plus aucun visiteur du musée ne risque d’avoir une crise d’apoplexie parce que la simple vue d’un titre de tableau lui donne des convulsions.

Le tableau d’Emily Carr n’était pas haineux, il ne représentait pas des peuples des Premières Nations dans une pose ridicule. Mais maintenant, à côté du tableau, on trouve une note explicative qui dit que le musée est « en plein processus de changer les titres qui contiennent des termes considérés discriminatoires selon les standards modernes ». Une conservatrice a expliqué à La Presse canadienne que le Musée allait enlever tous les termes « qui font mal ou qui font de la peine » (« hurtful and painful ») des titres de ses œuvres...

On est encore et toujours dans cette nouvelle culture de l’offensé. « Je suis une petite chose fragile et si une chose me dérange, elle doit disparaître de ma vue. »

Une certaine gauche qui se dit progressiste voudrait prendre une grosse gomme à effacer et enlever du paysage tout ce qui l’irrite, la choque.

Ils voudraient faire disparaître tout ce qui ne correspond pas à la vision 2018 de la diversité. Mais ce sera quoi la prochaine étape ? Changer les paroles d’une chanson, effacer les personnages gênants d’un film, couper les passages offensants d’un livre ?

Si des œuvres du passé nous dérangent, pourquoi ne pas nous confronter à elles plutôt que de chercher à gommer tout ce qui nous dérange ?

CHANTE-LA TA CHANSON

Parfois, je m’ennuie de l’époque d’insouciance où on pouvait chantonner « Toute la vie sera pareille à ce matin, aux couleurs de l’été indien » de Joe Dassin sans se faire taper sur les doigts par les Gendarmes de la Bonne Conscience.