/news/currentevents
Navigation

Un acteur de «District 31» et «Unité 9» accusé de complot pour trafic de drogue

Connu pour ses rôles dans District 31 (photo) et Unité 9, Marc-André Boulanger est aussi lutteur professionnel.
Photo tirée de Facebook Connu pour ses rôles dans District 31 (photo) et Unité 9, Marc-André Boulanger est aussi lutteur professionnel.

Coup d'oeil sur cet article

Un comédien qui a l’habitude de personnifier des criminels durs à cuire dans de populaires séries québécoises pourrait avoir été mêlé à du vrai trafic de drogue, a appris Le Journal.

Marc-André Boulanger n’incarnait aucun rôle lorsqu’il s’est présenté au palais de justice de Laval, hier, vêtu d’une chemise à manches longues cachant ses tatouages, et de pantalons propres.

L’homme de 38 ans est accusé de complot, de possession de drogue – de la M.D.M.A. plus précisément – et de stéroïdes en vue d’en faire le trafic, ainsi que de possession d’arme prohibée, à savoir un poing américain.

Le public québécois connaît Marc-André Boulanger comme lutteur professionnel, sous le nom de scène de Franky the Mobster, et comme acteur.

Dernièrement, le colosse de 6 pi 1 po et 230 lb a notamment tenu le rôle d’un motard criminel dans la série Unité 9, et celui du meurtrier Gabriel Comptois dans la quotidienne District 31.

Domicile perquisitionné

Hier, l’acteur a essuyé un revers dans son dossier en cour lorsque le juge Marc-André Dagenais a refusé d’invalider un mandat ayant permis la perquisition de son domicile de la Rive-Nord de Montréal, le 22 juin 2016.

Les avocates de la défense espéraient que la perquisition soit déclarée illégale et que les items saisis ce jour-là – des stupéfiants, des stéroïdes et un poing américain – soient écartés de la preuve. En vain.

La date du procès du comédien, qui a enregistré des plaidoyers de non-culpabilité, devrait donc être fixée sous peu.

Au printemps 2016, les policiers auraient observé Marc-André Boulanger lors de deux opérations de filature. Les limiers avaient reçu une information d’une source indiquant qu’un commerce de suppléments nutritifs ayant pignon sur rue à Laval servait de façade pour la distribution de stupéfiants.

5000 comprimés

Pendant l’enquête, un agent d’infiltration a réussi à se procurer des méthamphétamines portant la mention « UFC » auprès de Samuel Beaudry, un employé de ladite boutique.

Lors d’une perquisition au domicile de ce dernier, les enquêteurs ont découvert une boîte de carton contenant environ 5000 comprimés identiques.

Or, le colis provenant des États-Unis était adressé à Marc-André Boulanger, ce qui a entre autres mené à sa mise en accusation.

Samuel Beaudry a été condamné à 10 mois de détention en mars dernier, après avoir plaidé coupable à des chefs de trafic de stupéfiants et de complot.