/opinion/columnists
Navigation

Un esprit sain dans un corps sain

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, la ministre fédérale de la Santé songe à imprimer des « mises en garde sanitaires » sur les cigarettes.

Les photos de poumons carbonisés sur le paquet (ou d’ex-fumeurs avec un trou dans la gorge) ne font plus la job. Il faut maintenant inscrire les mots « Cancer » et « Emphysème » sur la cigarette même.

Parce que c’est bien connu : quand un fumeur voit le mot « Cancer » sur une clope, il jette tout de suite son paquet dans la première poubelle venue et s’inscrit au Marathon de Montréal.

Âmes sensibles s’abstenir

Pendant ce temps-là, le gouvernement de Justin s’apprête à légaliser le pot.

Quels mots va-t-on imprimer sur les joints ?

« Facultés affaiblies » ? « Dépendance » ? « Dépression » ?

Pourquoi ne pas inscrire le mot « Diabète » sur les carrés de sucre ? Ou « Cholestérol » sur les tranches de bacon ?

Tant qu’à avoir notre santé à cœur...

On pourrait aussi coller des photos d’oiseaux pris dans des nappes de pétrole sur les pompes à essence.

Ou des affiches géantes de femmes souffrant de scoliose dans les boutiques d’escarpins.

Sans oublier des mises en garde sur les livres de Mathieu Bock-Côté et de Jérôme Blanchet-Gravel.

« Attention, la lecture de ces ouvrages pourrait vous choquer et perturber votre tranquillité d’esprit. Tenir loin de la portée des cégépiens. Interdit de vente dans la République indépendante du Plateau, sous peine d’excommunication par le pape Guy 23. »

Soumission

Le magazine National Geographic vient de produire une minisérie sur la vie de Picasso, avec Antonio Banderas dans le rôle-titre.

Au début de chaque épisode, on peut lire cet avertissement solennel : « Cette émission montre des toiles dépeignant de la nudité. La discrétion des téléspectateurs est recommandée. »

Eh oui, on est rendu là.

Les toiles de Picasso sont perçues comme pouvant porter atteinte aux bonnes mœurs !

Comme en 1907, quand le Tout-Paris déchirait sa chemise et poussait des hauts cris devant Les Demoiselles d’Avignon !

On ne parle pas ici des photos hyper réalistes de Robert Mapplethorpe montrant un sado-maso vêtu de cuir avec un fouet enfoncé dans le schtroumpf.

Mais des toiles de Picasso ! Des dessins hyper stylisés montrant des femmes en forme de guitare dansant avec des hommes à tête de taureau ! Avec un œil sur le ventre et un téton dans le front !

Quelle époque débile.

On recule, les amis, on recule.

Bientôt, vous allez voir, nos Che Guevara en culottes courtes, nos curés de la bien-pensance, nos apôtres de la vie saine et nos extrémistes religieux vont allier leurs forces et leurs « lumières » pour établir une belle liste de livres à l’index.

Un monde aseptisé

Un esprit sain dans un corps sain.

De belles idées limpides dans un corps clair comme de l’eau de roche. Trump vous fait peur ? Moi, ce sont les apôtres de l’hygiène qui me font freaker.

L’hygiène intellectuelle, morale et physique.

Des gens propres qui pensent proprement.

On va nous scruter la tête comme on scrute nos rayons X, à la recherche de la moindre petite tache noire, annonciatrice d’un « cancer moral »...