/misc
Navigation

Chacun pour soi

Coup d'oeil sur cet article

Après une importante vague de départs d’élus libéraux, une pluie d’hommages concertés à l’endroit du controversé titulaire de la Santé Gaétan Barrette, au conseil général du PLQ, éveillait presque les soupçons.

Se peut-il que le ministre, qui a notamment été tassé des négociations avec les médecins par son chef, ait songé à quitter le train lui aussi ?

Les témoignages d’amour qui lui ont été adressés avaient tout l’air d’une bouée de sauvetage lancée après une semaine particulièrement difficile, à la suite d’allégations de mauvais traitements dans un CHSLD de Laval.

Ses collègues Nicole Ménard, Luc Fortin et Lucie Charlebois, qui l’a appelé le « beau Gaétan », ont encensé tour à tour au micro ses réalisations dans leur comté.

« Une journée comme ça de temps en temps ça fait du bien, hein ? » lui a lancé le ministre de la Famille.

Le député de Vanier Patrick Huot lui a ensuite tiré la pipe. « Je n’avais pas eu le mémo de parler du beau Gaétan. »

C’est pourtant à ce même ministre que Philippe Couillard a demandé de s’éloigner du radar médiatique après une énième sortie malhabile, alors qu’il avait reproché aux infirmières de décourager le recrutement.

DES COULISSES DIFFÉRENTES

De façon générale, ces fleurs lancées entre élus devant les délégués détonnent avec ce que disent des députés en privé. En coulisses, l’équipe libérale paraît plus désunie que jamais.

« Il y a de la méfiance », admet un député, questionné sur l’ambiance qui règne alors que se succèdent les départs et les rumeurs d’aspirants à la succession de Philippe Couillard. Des députés ont récemment fait circuler que Dominique Anglade s’activait ouvertement et testait ses appuis. D’autres nous disent au contraire que certains cherchent à lui nuire en pensant à leurs propres intérêts. C’est sans compter le ministre Robert Poëti qui a annoncé son départ surprise au caucus sans prévenir le chef.

« C’était un coup très bas », a confié un de ses collègues.

Philippe Couillard a développé peu de proximité avec ses députés, qui lui ont souvent reproché d’être tenus à l’écart. Maintenant qu’ils sont inquiets, la CAQ trônant dans les sondages, il ne faut pas se surprendre qu’on lui témoigne peu de loyauté.

Quand on craint pour son propre siège, ça devient chacun pour soi...