/lifestyle/health
Navigation

Maigrir en stimulant son cerveau

Coup d'oeil sur cet article

Recourir à une technique de stimulation électromagnétique du cerveau pourrait modifier la composition du microbiote de l'intestin et, ainsi, aider les personnes obèses à perdre du poids, selon une étude italienne.

Pour parvenir à un tel résultat, les scientifiques de Milan ont eu recours à la stimulation magnétique transcrânienne répétée (SMTr), une technique non invasive visant à stimuler le cerveau, utilisé notamment pour traiter la dépression.

Au cours de leurs travaux, les chercheurs ont remarqué que l'utilisation de cette technique auprès de personnes obèses entraîne une diminution du nombre de fringales et, parallèlement, une perte de poids.

Plus précisément, l'équipe de Milan s'est intéressée au rôle du microbiote intestinal, soit l'ensemble des microorganismes vivant dans cet organe. Une composition anormale du microbiote pourrait jouer un rôle dans l'obésité, suggèrent différentes études, notamment en altérant les signaux de satiété envoyés au cerveau.

Les chercheurs ont soumis 14 volontaires, trois hommes et 11 femmes, souffrant d'obésité avec un indice de masse corporelle (IMC) dépassant 30 à des séances de stimulation magnétique, à raison de trois traitements par semaine pendant cinq semaines.

Au terme de ce laps de temps, les personnes qui ont subi les séances avaient perdu, en moyenne, 3 % de leur poids corporel et 4 % de leur taux de gras, soit un pourcentage beaucoup plus élevé que les volontaires d'un groupe témoin qui ont eu droit à un faux traitement. Le nombre de bactéries bénéfiques s'était aussi accru dans les intestins des personnes qui ont eu le cerveau stimulé par la SMTr.

«Ces changements laissent croire que la SMTr a un effet bénéfique sur la perte de poids et la composition du microbiote», a résumé le responsable de l'étude, le professeur Livio Luzi, par communiqué.

«Nous avons besoin de nouvelles thérapies sécuritaires et efficaces pour lutter contre l'obésité. Malgré plusieurs interventions thérapeutiques et préventives, rien n'a empêché l'obésité d'atteindre des proportions épidémiques», a-t-il ajouté, en mentionnant que sa technique pourrait aider à combattre ce problème.