/opinion/columnists
Navigation

À mon fatigant de voisin!

Coup d'oeil sur cet article

Je m’y prends d’avance, ça sera la Fête des voisins samedi prochain. La fête du mieux-vivre ensemble, un moment pour se rapprocher entre citoyens qui partagent un même espace. J’aurais le goût de fêter seulement si j’apprenais que toi, mon insupportable voisin, tu déménageais. Mais comme tu risques de coller dans le coin encore longtemps, laisse-moi me vider le cœur. Es-tu conscient que tu pollues la vie de tout le voisinage que tu prives d’une quiétude normale ? Es-tu conscient que ton manque de savoir-vivre nous tape sur les nerfs autant que ta grosse musique que tu nous imposes toutes les fins de semaine parce que toi et ton petit ego, vous avez décidé d’avoir du gros fun ?

Un vice caché

Avec toi, impossible d’avoir un petit dimanche tranquille. Forcément, tu vas sortir ta tondeuse et surtout tes outils pour finir ton maudit « deck » sur lequel tu « gosses » depuis l’arrivée des beaux jours. Tu prends possession de ta cour, mais aussi de la mienne où toute conversation est impossible. Tu m’obliges à un repli forcé à l’intérieur. Au moment où j’écris ces lignes, je dois supporter ta « play-list » criarde. L’été dernier, tu redécouvrais Joe Dassin et du gros country américain. Cette année, c’est Chris Brown et La Macarena en boucle ! Au secours !

Certains voisins sont de vrais vices cachés. C’est ton cas. J’ai déjà cogné à ta porte avec politesse pour te demander de baisser légèrement les décibels. J’ai eu droit à un doigt d’honneur et un gros « Fuc... you ! » J’aurais dû me douter que tu es la classe incarnée. La grosse classe !

Que fait la police ?

Pas grand-chose. Les règles de bon voisinage sont à géométrie variable au Québec. Avant 11 heures du soir, tu règnes en roi et maître sur tout le quartier. Les policiers qui vont sonner chez toi pour te rappeler la bienséance n’ont pas de pouvoir sur ton égoïsme effronté. Tu ne penses qu’à ton petit bonheur personnel au détriment de la paix du quartier. Certains voisins s’entendent si bien qu’ils créent des ruelles vertes et s’échangent même des services. Tsé, du monde qui sait vivre. Tout le contraire de toi.