/opinion/columnists
Navigation

Les jeunes en politique, au-delà du cynisme!

Coup d'oeil sur cet article

Entrevue réalisée par Fatima Houda-Pepin avec des jeunes, au congrès de la CAQ, le 26 mai 2018


Les jeunes de 18-34 ans compteraient pour plus de deux millions d’électeurs en 2018, un segment significatif représentant le tiers de l’électorat. Ils dépassent, pour la première fois, la proportion des baby-boomers.

Mais cette force du nombre ne se traduit pas toujours par une influence réelle sur les choix politiques qui se dégagent de nos rendez-vous électoraux. Pourquoi les jeunes boudent-ils les urnes en si grand nombre?

Déjà en 2012, le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) sonnait l’alarme, constant que le taux de participation au vote de cette cohorte de jeunes, ne cesse de s’éroder depuis une trentaine d’années, une tendance préoccupante pour notre santé démocratique

Pourquoi les jeunes d’aujourd’hui sont si réfracteurs à la politique? Le sujet est en débat dans plusieurs démocraties du monde. Plusieurs études ont tenté de cerner les causes de ce cynisme et des stratégies de communication sont mises de l’avant pour les motiver à accomplir leur devoir citoyen.

J’ai une grande affection pour les jeunes qui s’impliquent en politique, tout parti politique confondu. J’en ai recruté par dizaines, au Parti libéral du Québec, au cours de mes vingt années de vie parlementaire. J’ai eu des échanges très instructifs avec eux, et participé, chaque année, à leurs débats lors de leurs congrès de Jeunes.

Les Catherine Fournier, Paul St-Pierre-Plamondon (PQ), Karine Vallières, André Fortin (PLQ), Simon-Jolin Barrette, Jean-François Roberge (CAQ) de même que Gabriel Nadeau-Dubois (QS) sont de belles acquisitions pour la classe politique québécoise.

Il en faut plus de jeunes en politique, plus de jeunes de différentes origines, dans tous les partis, dans des comtés où ils auraient des chances de se faire élire.

J’ai profité du dernier congrès de la CAQ, qui a eu lieu, à Lévis, pour entreprendre, le 26 mai dernier, une conversation avec sept d’entre eux. Deux jeunes professionnels et cinq militants impliqués dans la Commission de la Relève.

Mis à part leur affiliation caquiste, le diagnostic qu’ils font est assez représentatif des opinions que j’entends chez les jeunes de leur génération.

Contrairement au portrait sombre qu’on dresse généralement des jeunes et de la politique, ceux et celles avec lesquels je me suis entretenue, sont très motivés, allumés et concernés par le bien commun.

Ils sont dans la vingtaine, de milieux socioéconomiques différents, ambitieux et ont une passion commune : le Québec.

Être élu n’est pas sur leur écran radar, pour le moment, mais plus tard, si la chose se présente, pourquoi pas? Ils sont surtout interpellés par les nouveaux enjeux et portés par la conviction de faire du Québec une société plus juste et plus prospère.

Je vous les présente et vous invite à les écouter.

1er entretien avec Guillaume-François Larouche et Samuel Lemire

1. Guillaume François Larouche, 21 ans, juriste, débute l’école du Barreau à l’automne, (comté de Jean Talon). Guillaume-François était à son premier congrès avec la CAQ. Il y participait, à titre exploratoire, sans aucune implication antérieure;

2. Samuel Lemire, 22 ans, juriste et aspirant avocat, ancien président Commission de la Relève de la CAQ (CRCAQ), comté de Taschereau.

Question : On parle beaucoup du cynisme des jeunes à l’égard de la politique et des politiciens. Selon vous, pourquoi les jeunes ne s’impliquent pas assez en politique?

Réponse de Guillaume François : Je ne dirai pas que les jeunes ne s’impliquent pas en politique, ils s’y impliquent mais différemment, dans d’autres forums. Les forums ont changé parce que les jeunes ne veulent plus adhérer à une doxa partisane, à une ligne trop rigide qui limiterait leur liberté.

Au 21e siècle, nous sommes les héritiers d’un monde où la liberté a triomphé à la suite de l’effondrement du mur de Berlin. Le concept de liberté est devenu très important.

Les jeunes d’aujourd’hui tiennent beaucoup à leur liberté. Ils veulent pousser plusieurs idées qui bien souvent, sortent d’un ensemble global.

Je fais une distinction entre les militants de différents partis politiques dans les années 1980 qui voulaient changer le monde et ceux d’aujourd’hui qui sont plutôt des lobbyistes dans la mesure où ils ont un ou deux intérêts à défendre, par exemple, la cause animale, le véganisme, l’environnement, l’économie. Ils s’impliquent plus dans les forums qui leur permettent de pousser cette idée-là au lieu de rejoindre un parti politique qui a une conception globale de la société.

Réponse de Samuel Lemire : Effectivement, on vit dans une période de grand éclatement où il n’y a plus de cause qui rassemble les gens autour d’une vision complète du monde. Il n’y a plus de projet de société extrêmement cohérent qui est proposé, voire même proposable.

Pendant longtemps la politique au Québec se divisait autour d’axes très polarisants. On était souverainistes ou fédéralistes, gauchistes ou droitistes. Or, il y a eu un grand éclatement en termes de valeurs qui fait en sorte que les jeunes ne se sentent plus à l’aise d’adhérer à cent pour cent à la ligne d’un seul parti politique. Ils font plutôt du militantisme à la carte pour certaines causes qu’ils privilégient davantage. La loyauté à un parti n’est pas une priorité pour eux.

Par contre, la fidélité à certaines valeurs demeure. Il y a des jeunes qui vont se définir comme étant identitaires, entrepreneurs ou écologistes, par exemple, mais leur demander d’adhérer à un parti et au package deal qui vient avec, ils sont davantage réfractaires à cela.

Également, il faut considérer qu’on est dans une culture très individualiste où les jeunes aiment se définir par eux-mêmes au lieu de s’identifier à un parti qui va les sublimer.

Il y a encore des jeunes qui mènent des batailles à l’intérieur des partis politiques et qui sont à l’aise avec les lignes idéologiques, mais il devient de plus en plus difficile de convaincre le plus grand nombre d’entre eux à le faire.

Plusieurs jeunes se posent la question est-ce qu’on peut encore faire la politique? Est-ce que voter ou militer, ça change quelque chose? Est-ce qu’on peut encore influencer les décisions quand ce sont des instances supranationales ou des instances monétaires internationales qui contrôlent les vrais leviers du pouvoir? Il y a certainement une perte de confiance à l’égard de la politique et des politiciens.

2e entretien avec Kevin Paquette, Carole-Anne Pelletier, Fanny Cantin, Kevin Brasseur et Nicolas Choueri

Sur la photo (de gauche à droite) : Carole-Anne Pelletier, Kevin Paquette, Fatima Houda-Pepin, Nicolas Choueri, Kévin Brasseur et Fanny Cantin.
Photo courtoisie
Sur la photo (de gauche à droite) : Carole-Anne Pelletier, Kevin Paquette, Fatima Houda-Pepin, Nicolas Choueri, Kévin Brasseur et Fanny Cantin.

3. Kevin Paquette, 21 ans, étudiant en administration des affaires, Université de Trois-Rivières, président de la CRCAQ (comté de Granby);

4. Carole-Anne Pelletier, 20 ans, étudiante en droit parallèlement à une maîtrise en administration, Université de Sherbrooke, vice-présidente CRCAQ, (comté Côte-du-Sud, dans le Kamouraska),

5. Fanny Cantin, 26 ans, Bachelière en relations industrielles, Recherchiste auprès de l’Aile parlementaire de la CAQ à l’Assemblée nationale (comté de Taschereau);

6. Kévin Brasseur, 22 ans, étudiant en Sciences comptables, Université du Québec à Trois-Rivières, vice-président CRCAQ (comté de Johnson);

7. Nicolas Choueri, 19 ans, responsable à l’organisation de la CRCAQ, étudiant en droit civil et Common Law, Université de Sherbrooke (comté de Saint-Laurent, Montréal).

Question : Les jeunes sont sceptiques par rapport à la politique. Selon vous, pour quelles raisons ne s’intéressent-ils pas suffisamment à la politique?

Kévin : L’une des raisons réside dans le fait que les politiciens traditionnels ne respectent pas leurs engagements. Même au fédéral, on a vu que Justin Trudeau a abandonné sa promesse électorale sur la réforme du mode de scrutin.

Il y a aussi un manque d’éducation citoyenne. Beaucoup de jeunes ne savent pas à quoi sert la politique. On fait des tournées dans les cégeps et les universités et quand on parle aux étudiants de la politique, ils vous disent, la politique, qu’est-ce que ça change dans ma vie ? Les partis politiques ont un grand défi à relever, celui de leur expliquer quel impact les décisions du gouvernement ont sur leur vie.

Carole-Anne : C’est beaucoup plus qu’un manque d’intérêt, les jeunes donnent l’impression de ne pas être concernés par la politique. Souvent quand je parle aux jeunes de politique, ils me répondent, ça ne nous concerne pas, ça ne nous touche pas. D’où l’importance de rendre la politique plus accessible.

Il y a un problème d’éducation citoyenne. On devrait commencer cette éducation dans les écoles pour faire comprendre aux jeunes comment fonctionnent notre système politique et ses institutions. Il faut aussi former les professeurs dans ce sens pour qu’ils leur transmettent ce savoir.

Fanny : Il y a aussi la question de la représentativité. Quand on regarde la moyenne d’âge des politiciens à l’Assemblée nationale, ça se situe autour de 52 ans et plus. Si on y incluait plus de femmes, plus de jeunes, plus de diversité, les gens vont s’y reconnaître et s’en inspirer. C’est très motivant de s’impliquer en politique même à un jeune âge. Mais les jeunes ne le voient pas.

Kévin Brasseur : Les jeunes ne se sentent pas interpellés par la classe politique qui ne les représente pas. Mais il y a aussi la nature des enjeux qui nous affectent. Plusieurs décisions qui se prennent en ce moment au gouvernement vont avoir des répercussions majeures sur les générations futures et les jeunes doivent vivre avec ça.

Nicolas : C’est aussi une question d’éducation. Moi, mes parents m’ont exposé aux débats politiques dès mon jeune âge, ils m’ont amené avec eux quand ils allaient voter. C’est en écoutant les nouvelles et en discutant avec mes parents à la maison que je me suis intéressé à la politique.

Question : Au-delà des constats que vous faites. Qu’est-ce qui vous a amené, personnellement à la politique? C’est quoi le contexte ou l’événement qui vous a amené à vous engager de façon active en politique?

Kévin : J’ai commencé à m’impliquer en 2012, j’avais 15 ans. C’est mon père qui m’a intéressé à la politique en me faisant écouter des émissions d’actualité, c’est ce qui m’a éveillé à la chose publique. Et à force de lire sur l’histoire du Québec, suivre l’information, j’en suis venu à me faire une opinion politique.

En 2012, on entendait beaucoup parler du Québec dans le rouge, des problèmes de vieillissement de la population de la dette et du fardeau fiscal qui augmentaient. Pour moi, l’équité intergénérationnelle ça me préoccupait.

J’ai commencé à regarder les plateformes des différents partis. C’est ainsi que j’ai rejoint la CAQ, en août 2012. J’ai contacté mon député, François Bonnardel, et je me suis impliqué dans son élection en posant des pancartes, tout en travaillant.

Carole-Anne : Moi je me suis intéressée à la politique assez jeune avec la campagne de Barak Obama, en 2008. J’étais en 6e année. J’avais 10-11 ans. C’est une professeure très inspirante qui nous avait allumés.

J’étais impressionnée de voir que des gens de n’importe quelle classe sociale pouvaient aspirer au pouvoir. Je trouvais que c’était beau à voir, j’aimais le fait d’aller vers la politique et représenter les citoyens.

Avec les années, je me suis impliquée dans la politique étudiante, dans les gouvernements étudiants au secondaire et les associations étudiantes, au cégep. C’est ce qui m’a amenée à la vraie politique. Ça fait un an que je suis vice-présidente à la CRCAQ.

L’autre raison pour laquelle je me suis impliquée en politique, c’est ma cause régionale. Mon père est agriculteur dans le Kamouraska. Les enjeux touchant la gestion de l’offre, l’accaparement des terres, la relève agricole et le transfert des fermes, me préoccupent au plus haut point.

Fanny : Pour ma part, j’ai connu la politique à 23 ans. Je viens d’une famille qui n’est pas politisée. C’est quasiment un tabou de parler politique, mais j’ai eu la chance de m’impliquer au niveau de l’engagement citoyen, au sein des conseils étudiants, les associations étudiantes à l’université. J’ai également eu l’occasion de participer à des simulations parlementaires qui m’ont fait goûter à la politique. J’ai eu comme un coup de foudre en réalisant que c’est la chose qui répondait le plus à tous mes questionnements.

Kévin Brasseur : Moi aussi mon milieu n’était pas politisé. Je viens d’une famille d’agriculteurs et d’ouvriers. Le déclic, je l’ai eu en 2007, je devais avoir 10-11 ans. L’ADQ avait gagné le comté de Johnson. Le nouveau député venait d’Acton Vale, comme moi.

J’ai commencé par m’impliquer dans mon conseil étudiant au secondaire. Je militais pour avoir une équipe de Football. Je voyais que les gens venaient vers moi pour que je règle leurs problèmes. Au Cégep, je me suis impliqué dans mon association étudiante et j’en suis devenu président.

J’ai rejoint la CAQ en 2015 et en 2016, je suis devenu attaché politique du député de Johnson. J’ai adoré le travail sur le terrain, aider les citoyens dans leurs dédales administratifs avec l’appareil du gouvernement. C’est ça pour moi la politique, aider ma communauté.

Nicolas : Je me suis intéressée à la politique très jeune. Je regardais les soirées électorales avec passion. J’ai appris, par cœur, les noms des comtés et des députés qui les représentaient, j’ai gagné deux médailles au Tournoi Jeunes démocrates de l’Assemblée nationale. Mon intérêt a évolué vers des causes qui m’intéressent beaucoup : l’immigration et la laïcité.

Question : Pourquoi alors avez-vous choisi de militer dans la CAQ et non dans un autre parti?

Kévin : Mon implication politique a coïncidé avec la crise étudiante de 2012. Moi, j’ai toujours connu les libéraux au pouvoir. J’avais six ans quand les libéraux avaient pris le pouvoir en 2003. Depuis, on n’arrête pas de parler du décrochage scolaire, des urgences qui débordent. La CAQ proposait des solutions concrètes qui répondaient à mes attentes. J’ai une vision d’un Québec fort au sein du Canada et je crois que le Québec doit retrouver son statut de leader dans le Canada. C’était donc clair pour moi que ma place n’était ni dans le PQ ni dans le PLQ.

Carole-Anne : Je suis d’accord avec le caractère nationaliste de la CAQ, mais pour moi, c’est aussi le parti des régions. Le parti qui va mettre de l’avant les enjeux qui touchent l’agriculture, l’évolution technologique dans les régions (Internet), la réforme du système de financement des cégeps dans les régions. Mon intérêt pour le développement des régions est la raison principale pour laquelle j’ai rejoint la CAQ.

Fanny : Pour moi, c’est différent. J’étais tannée du bipartisme libéral-péquiste. J’étais tannée de n’avoir que deux options entre le fédéralisme et la souveraineté. Ce n’est pas un enjeu qui mobilise ma génération. On est ailleurs.

On est plus pour l’indépendance économique personnelle que sur l’indépendance en général. Une chose qui m’a attiré vers la CAQ, c’est le pragmatisme. On trouve des solutions concrètes à des vrais problèmes. On n’est pas dans la joute partisane. Si une solution est bonne, elle est bonne, ça finit là, on va l’emprunter pour les Québécois. C’est une question d’efficacité. Je suis tannée des vieux enjeux, ma génération ne se reconnaît pas là-dedans.

Kévin Brasseur : C’est mon député qui m’a identifié comme un orphelin politique et m’a invité à joindre la CAQ, un nouveau parti où je pouvais apporter une contribution. Je me suis informé et j’ai été séduit par la vision de M. Legault. C’est aussi l’attrait du défi. Ça fait des décennies que le Québec est polarité entre deux partis, je voulais essayer cette troisième voie, pour un réel changement.

Nicolas : La CAQ n’existe que depuis 2012. C’est cette nouvelle alternative et le désir de changement qui m’ont attiré vers ce parti.

Question : Vous êtes en contact avec d’autres jeunes de votre génération. Qu’est-ce qui les préoccupe aujourd’hui? Quand vous les rencontrez, de quoi vous parlent-ils?

Kévin : Les jeunes ne constituent pas un groupe monolithique. Ils ont des intérêts très variés, l’environnement, l’entrepreneuriat, les technologies, l’économie collaborative, etc. L’éducation pour eux est importante. Elle est primordiale pour moi. C’est l’enjeu principal, surtout en ce qui a trait au taux inadmissible de décrochage scolaire. Il faut que la CAQ de même que les autres partis mettent de l’avant des propositions pour le contrer.

Carole-Anne : Les jeunes que je fréquente veulent que le Québec soit uni et fort. Les sujets qui les animent sont de tout ordre, parce qu’ils veulent que ça change. Ils veulent que le Québec soit à l’image de notre génération : une société moderne, innovante et prospère qui valorise la collaboration intergénérationnelle.

Fanny : Les jeunes de 26-30 ans comme moi se préoccupent de leur sécurité financière. Ils se demandent est-ce que demain, je vais pouvoir m’acheter une maison, est-ce que je vais être capable de fonder une famille et avoir accès à des services dont j’aurais besoin? Est-ce que je vais pouvoir me payer une retraite moi aussi?

Oui, ça passe par l’entrepreneuriat, mais aussi par les services publics. Seront-ils disponibles pour moi comme ils l’ont été pour les générations précédentes? Est-ce que je vais avoir l’égalité des chances comme mes parents et mes grands-parents de bénéficier des services de l’État? Est-ce que mon gouvernement va me tendre la perche pour me soutenir dans mes projets? C’est ce qui me préoccupe et préoccupe mes amis et ma génération?

Kévin Brasseur : La plupart des jeunes que je rencontre me disent qu’ils veulent avoir un bon emploi, un bon salaire, de bonnes conditions de travail. Je veux me lancer en affaires, mais j’ai de grosses inquiétudes par rapport au fardeau fiscal.

Nicolas : Notre génération est aussi à la recherche de son identité. Elle est partagée entre la gauche et la droite et a de la difficulté à être pragmatique. Souvent, elle a une position dogmatique, si je suis à gauche, je ne peux pas voter pour un parti de droite et vice-versa.

Le PLQ en a fait sa rhétorique parce qu’il sait que la jeunesse est très sensible à ce genre d’arguments. À la CAQ, on a un bon mélange de positions progressistes et conservatrices, et c’est ce qui fait la beauté de ce parti qui est capable d’avancer dans un esprit de coalition.

Question : Si on vous donnait le pouvoir, aujourd’hui, de gouverner le Québec, quelles sont les priorités que vous mettriez en œuvre? Vous êtes premier ou première ministre du Québec, vous faites quoi, une fois au pouvoir?

Kévin : Pour moi, le premier geste que je poserai est de faire de l’éducation la priorité du gouvernement pour que la lutte contre le décrochage scolaire ne soit pas seulement un enjeu du ministère de l’Éducation, mais un enjeu de toute la société québécoise.

C’est inquiétant, le nombre de jeunes (garçons et filles) que notre système actuel exclue et marginalise, chaque année, parce qu’ils ne réussissent pas à avoir leur diplôme d’études secondaires. C’est leur avenir qui est en jeu, alors que nous sommes à l’ère de l’économie du savoir.

La lutte contre le décrochage scolaire doit devenir une obsession pour le gouvernement. Après, tout découle de là. Des citoyens éduqués qui ont des emplois à la hauteur de leurs compétences, sont en mesure de prendre les meilleures décisions. Ils sont plus autonomes, et apportent leur contribution au développement économique tout en assurant notre filet social.

Carole-Anne : Si j’étais première ministre, je ferais plein de choses. Je m’attaquerais tout d’abord à l’iniquité fiscale en réformant nos lois sur les taxes et les impôts qui sont désuètes. Elles privent l’État de revenus importants. C’est toujours les citoyens qui sont saignés pour combler le manque à gagner des multinationales qui ne paient pas leurs charges. Ces lois ne sont pas adaptées aux réalités technologiques que nous connaissons depuis 1990, il y a un gros rattrapage à faire de ce côté-là.

Le gouvernement doit chercher plus d’argent chez ceux qui ne paient pas leur part au lieu de toujours piger dans la poche des contribuables. Je parle ici des plateformes Web, des plateformes de vente, des non-résidents qui vendent à des résidents québécois, de la question de Bitcoin et de la cryptomonnaie, toutes des réalités qui échappent au gouvernement.

Cette réforme en profondeur doit aussi nous permettre d’empêcher les évitements fiscaux, car si la planification fiscale est légale, l’évitement fiscal, lui, ne l’est pas.

Ma deuxième priorité serait d’agir au niveau de l’aide de l’État au secteur agricole, notamment à l’acquisition de la propriété agricole par la relève. C’est un enjeu majeur qui a été négligé par le gouvernement, pourtant, notre souveraineté alimentaire en dépend.

C’est tout l’encadrement de ce secteur qui pose problème. Quand on a créé la gestion de l’offre, des milliers d’agriculteurs québécois ont littéralement changé de classe sociale. Ils sont passés de travailleurs à entrepreneurs mais le secteur agricole a subi de grands changements depuis.

Quand on vend des quotas laitiers, par exemple, ça génère de grosses valeurs en immobilisations et en capital qui ne sont pas revendables, à moins que ça soit revendu à des multinationales ou à des gens de la même famille à des prix qui ne représentent pas la valeur marchande réelle.

D’où l’importance d’avoir de nouveaux plans d’aide au transfert de la propriété agricole. C’est une priorité dont on n’entend pas parler. Pourtant l’agriculture est à la base de notre économie.

Fanny : Si j’étais dans le siège du conducteur, je centrerais l’État sur sa mission première, à savoir le service aux citoyens. L’État faillit à sa tâche si les patients attendent aux urgences dans des délais interminables, si le taux d’analphabétisme fonctionnel frise les 50 %.

La modernisation de l’État est essentielle. Le développement durable et l’équité intergénérationnelle préoccupent beaucoup les jeunes de ma génération. Si on prend juste l’exemple du ministère de l’Environnement, c’est inconcevable qu’il continue encore à fonctionner avec du papier, c’est le cas pour tous les ministères. On est rendus à la robotisation du marché du travail et l’État est encore à la remorque.

Kévin : Moi, premier ministre, j’agirais sur deux fronts, celui de la lutte au cynisme en politique et celui de la lutte à la corruption. Au niveau de la démocratie, il faut renforcer nos institutions par une réforme du mode de scrutin et une plus grande valorisation du rôle des députés afin qu’ils soient plus près et à l’écoute de leurs citoyens.

Au chapitre de la lutte à la corruption et aux malversations, il faut que les règles soient assez claires pour éviter les pratiques douteuses qui font perdre à l’État beaucoup d’argent, alors que ce sont les citoyens qui paient.

Nicolas : Je trouve qu’on manque d’ambition et qu’on n’a pas de véritable projet de société, notamment dans les domaines de l’innovation et du transport, en général. Des projets qui font avancer une société.

Ce qui me fatigue dans la politique traditionnelle, c’est de voir qu’on fait des campagnes électorales sur des bilans et qu’on revient année après année, avec les mêmes propositions.

Il faut oser proposer des solutions concrètes pour les problèmes qui perdurent, comme dans le domaine de la santé (avec les médecins de famille, le débordement des urgences), le décrochage scolaire, l’immigration, la laïcité, ça fait dix ans que le rapport de la Commission Bouchard-Taylor a été déposé et rien n’a été fait, etc.

Question : La CAQ se définit comme un parti nationaliste, pour sortir du clivage traditionnel fédéralistes-souverainistes. Qu’est-ce que ça signifie pour vous et pour les jeunes de votre génération d’être nationaliste, aujourd’hui?

Kévin : C’est être fier de notre langue et de notre culture, de vouloir protéger le français. C’est aussi une vision plus autonomiste du système fédéral canadien, dans le sens où les provinces devraient avoir plus de pouvoirs au sein du Canada.

Ça fait deux fois que les Québécois ont dit Non à l’indépendance, c’est le temps de bâtir le pays réel et le pays réel, c’est le Canada, qu’il faut faire fonctionner dans les intérêts du Québec. C’est tout à fait faisable.

Le reste du Canada n’est pas un bloc monothéique, la réalité de la Colombie-Britannique n’est pas la même que celle de l’Alberta, de l’Ontario ou des Maritimes. C’est ce qui fait la richesse du Canada en tant que tel. Des visions différentes de la vie en société, mais un grand pays.

Carole-Anne : C’est aussi reconnaître notre histoire en tant que peuple québécois. C’est aller chercher une reconnaissance historique de ce que nous sommes, tout en ayant plus d’autonomie.

Fanny : Chaque province a sa propre identité. Nous au Québec, nous avons notre propre identité et notre propre histoire, avec notre langue et notre culture qu’il faut compléter avec la laïcité de l’État.

Kévin Brasseur : Mon nationalisme s’articule autour de la fierté que je porte à ma langue et à ma culture au sein du Canada. C’est vrai que la défense du français n’est pas une priorité pour la majorité des jeunes de ma génération, parce qu’ils ont d’autres préoccupations au quotidien, mais pour l’État du Québec, ça doit être une priorité, tout comme la laïcité qui reste à être parachevée. Également plus d’autonomie pour un Québec fort dans un Canada uni.

Nicolas : Tous les Québécois qui défendent le fait français, indépendamment de leurs allégeances politiques ont à cœur le bien commun. Le nationalisme que propose la CAQ rassemble ces différentes tendances, tout en étant inclusif et ouvert à la diversité.