/finance/news
Navigation

Un chalet: une dépense ou un investissement?

DVP lundi
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce que l’achat d’un chalet est une dépense ou un investissement ? Voici six techniques qui permettent assurément d’amoindrir la dépense, et peut-être même de la tourner en investissement.

1. En faire la location

Plutôt que de demeurer vide en votre absence, votre résidence secondaire pourrait accueillir des locataires à court terme, qui vous donneraient quelques dollars en échange de leur séjour. Il est assez facile d’organiser une telle location, notamment en utilisant les nombreux sites de location à court terme disponible en ligne. (Airbnb et autres).

2. Acheter en groupe

Si vous êtes prêt à partager la propriété de votre chalet avec des amis ou encore des membres de votre famille, cette technique pourrait en valoir le coup, puisqu’elle permet de diviser le coût d’achat entre plusieurs propriétaires.

3. Choisir la meilleure localisation

Il s’agit du premier critère à considérer avant de faire l’acquisition d’un chalet, surtout si vous désirez en faire la location. C’est l’aspect principal qui vous permettra de fixer votre prix locatif. Certains emplacements apporteront une valeur ajoutée, par exemple l’accès à un cours d’eau ou à une pente de ski. Pensez également à la proximité de la ville, puisque la plupart des vacanciers souhaitent limiter leurs déplacements.

4. Étudier le marché (avant d’acheter)

Les prix et la demande varient énormément d’une région à l’autre. Une telle étude sera d’autant plus pertinente si vous comptez louer votre chalet. Il faut aussi tenir compte des marchés saisonniers, et des prix qui ont tendance à fluctuer au fil des saisons.

5. Acheter et rénover

Plusieurs chalets ayant besoin « d’un peu d’amour » sont vendus pour une bouchée de pain. Se lancer dans ce genre de projet peut souvent en valoir la peine ; non seulement vous pourriez augmenter la valeur de votre chalet, mais vous pourriez aussi augmenter le tarif potentiel si vous en faites la location.

6. Négocier !

En immobilier, tout se négocie ; non seulement le prix d’achat, mais aussi le taux d’intérêt offert à la banque. Et c’est d’autant plus pertinent lors de l’achat d’un chalet, puisque la mise de fonds requise sera généralement de 20 % ou plus. Aussi, la banque ne considère pas vos futurs revenus de location au moment de vous accorder un prêt.

Conseils

  • Si vous louez votre chalet, il faut déclarer vos revenus de location. Toutefois, plusieurs frais d’exploitation sont déductibles.
  • Un chalet locatif loué pour des périodes de 31 jours ou moins doit être inscrit à la Corporation de l’industrie touristique du Québec (CITQ). Quant aux locations de plus de 31 jours, elles sont assujetties aux règles de la Régie du logement.
  • En cas de location, il faudra adapter la couverture d’assurance, puisque les contrats d’habitation excluent généralement les activités professionnelles, telle la location.
  • À première vue, gérer soi-même la location est l’option la plus rentable, puisque tous les revenus vous reviennent. Or, vous pourriez rentabiliser votre temps en confiant la gestion locative à une compagnie spécialisée en la matière, et utiliser votre temps pour faire autre chose.