/portemonnaie
Navigation

Voici pourquoi il ne faut pas déménager le 1er juillet

Voici pourquoi il ne faut pas déménager le 1er juillet
Crédit photo: Joshua Sazon/ Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

En association avec

 

Il est difficile d’économiser lors d’un déménagement, surtout quand on le fait le 1er juillet. D’ailleurs, au Québec, ça devrait être la dernière date visée pour déménager. Voici pourquoi.

Voici pourquoi il ne faut pas déménager le 1er juillet
Fotolia

 

Trop de gens en même temps

La période de pointe des déménageurs dans la province se situe entre le 15 mai et le 15 juillet. Plus on est près du «rush du premier», plus la facture est salée et moins il est facile de faire de bonnes affaires.

Aussi, trouver une compagnie de déménagement à moins d’un mois du 1er juillet relève d’une mission impossible : la majorité des entreprises affichent complet plusieurs mois en avance. Et les tarifs sont chers, très chers.


Presque le double pour déménager le 1er juillet

En cette date, au Québec, les tarifs sont généralement au moins deux fois plus élevés que les autres jours de l’année.

Cette hausse s’explique parle fait qu’il y a une forte demande pour les services et que les employés sont payés en temps double en raison du jour férié. Alors on fait un choix, soit on met le prix, soit on attend un peu pour bouger.

Le restant de l’année, les prix varient selon le nombre de déménageurs nécessaire, la taille du camion et la journée de la semaine – mais demeurent sous les prix du 1er juillet.  On compte d’ailleurs des écarts de taux horaire allant jusqu’à 140$ de plus de l’heure...

*On commence à payer quand le camion quitte le garage de la compagnie et jusqu’à son retour au garage.

Pour déménager l’équivalent d’un appartement 6 ½, avec une équipe de trois travailleurs et un camion de 30 pieds, il faut calculer entre six et huit heures.

Avec les tarifs du 1er juillet, on estime donc un prix total variant entre 1465$ et 1953$... sans compter les taxes... (Et P.S. il vaut mieux payer les taxes pour avoir une facture, par légalité, mais surtout pour avoir une preuve en cas de recours).

Avec des tarifs aussi gonflés, en gros, si le déménagement peut attendre, on attend!

 

Bien couvrir ses arrières

Les déménageurs à Montréal sont aussi nombreux que les nids de poule dans les rues. Pour trouver la perle rare, il faut un peu de chance, mais surtout une bonne recherche.

Les avis sur Google ou sur les sites internet des compagnies sont très utiles pour évaluer la qualité du service offert. Évidemment, ce n’est pas une garantie infaillible, mais ça constitue un bon point de repère.

On peut également se tourner vers un particulier. Cette option, souvent plus économique, est toutefois risquée tant sur le plan de la sécurité des biens que sur le service.

Aussi, une compagnie professionnelle est généralement assurée en cas de bris des biens pendant le transport, ce qui n’est pas nécessairement vrai pour un particulier.

La vérité, c’est qu’il est difficile de savoir si le déménageur indépendant est fiable et sécuritaire. Il vaut donc mieux miser sur l’expérience d’un pro, même s’il faut y mettre le prix...

 

Voici pourquoi il ne faut pas déménager le 1er juillet
Fotolia

Économiser à la sueur de son front

Pour les plus courageux, l’option de louer un camion reste la plus économique.

Le 1er juillet, chez U-Haul, la tarification à l’heure d’un camion de 20 pieds est de 39,95$. À partir du 3 juillet, les frais sont de 39,95$ pour la journée. Un petit coup de main des amis, l’achat de quelques pizzas (et de bière!) et voilà qu’on évite une grosse dépense! Sinon, on demande à un ami qui a un campervan!

Comme toute chose, il faut s’y prendre un peu d’avance pour avoir accès à un camion.


Au final, peu importe comment on le fait, déménager reste une activité dispendieuse. Par contre, on peut économiser ailleurs en surveillant les offres des fournisseurs de services, comme celles de Vidéotron, et partir du bon pied dans son nouvel appartement.

 

 

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux