/24m/outings
Navigation

GP du Canada : plus de clients dans les restaurants cette année

restaurant Chez Alexandre
Francis Pilon / 24H Daniel Alonso, associé du restaurant Chez Alexandre, prévoit faire une augmentation de plus de 25% à 30% de clients durant le Grand Prix, en comparaison avec l'année 2017.

Coup d'oeil sur cet article

Des restaurateurs de Montréal constatent déjà une augmentation de clients en 2018 durant le Grand Prix en comparant avec la même période de l'année dernière.

«Écoutez, on a encore un peu de place, mais on est certainement plus occupé en 2018 que durant les deux dernières années», affirme Alain Creton, propriétaire du restaurant Chez Alexandre situé sur la rue Peel au centre-ville.

M. Creton témoigne qu’avec les réservations planifiées pour ce week-end de la F1, il estime avoir une augmentation de 25 % à 30 % de clients comparativement au même moment l'année précédente.

«Énorme engouement»

Même son de cloche du côté du Ferreira Café, restaurant situé sur la rue Peel, qui se prépare aussi à une fin de semaine fortement achalandée durant le 40e Grand Prix du Canada.

«Il y a un énorme engouement cette année durant la F1. On prévoit faire une augmentation de plus de 15 %, si on compare avec 2017 au même moment. Ça reste un défi au niveau du personnel à gérer, mais aussi de la qualité à conserver malgré l’augmentation de clients », admet Sandra Ferreira, propriétaire de l’établissement.

Au restaurant Wienstein & Gavino's, situé sur la rue Crescent, on a aussi confié au «24 Heures» qu’on avait remarqué une augmentation d’environ 10% de sa clientèle jusqu’à maintenant durant la semaine du Grand Prix, en comparant avec les chiffres de l’année 2017.

Regain de popularité

François Dumontier, promoteur du Grand Prix du Canada, a déclaré à la fin du mois de mai dernier que les ventes de billets pour le Grand Prix ont augmenté de 8 % à 9 % comparativement à la même période l’année dernière.

Selon Paul Arseneault, titulaire de la Chaire de tourisme Transat, s’il y a une augmentation de la clientèle à la F1, il y aura aussi plus de clients à servir dans les restaurants.

«Les ratios restent les mêmes. Les gens qui viennent voir la F1, une partie ne vit pas dans la métropole, il reste donc à Montréal et ils vont aussi aller au restaurant. Plus de gens à la F1, donc plus au resto », souligne M. Arsenault.