/world/europe
Navigation

La chronique sexiste et «rétrograde» sur la tenue de Serena Williams qui choque la Suisse

La chronique sexiste et «rétrograde» sur la tenue de Serena Williams qui choque la Suisse

Coup d'oeil sur cet article

Une chronique du responsable des sports d’un journal suisse a choqué la planète francophone et a forcé la direction du quotidien à s’excuser aujourd’hui alors que le papier est devenu viral pour les mauvaises raisons.

Les propos de Christophe Spahr, publiés dans Le Nouvelliste, un quotidien du Valais, concernaient la tenue de l’ex première raquette mondiale Serena Williams lors d’un match à Roland-Garros. «Que celui qui a disjoncté en dessinant la tenue que Serena Williams porte à Roland-Garros se dénonce très vite! [...] Ce n’est ni insultant ni moqueur d’affirmer que l’Américaine n’a pas le physique adéquat pour se déhancher, sur un court, dans une combinaison aussi moulante qui met avant tout en évidence ses formes très généreuses» relate entre autres Spahr.

La chronique sexiste et «rétrograde» sur la tenue de Serena Williams qui choque la Suisse
Capture d'écran Le Nouvelliste (via Stéphanie Schneider)

 

Les écrits du journaliste ont été largement dénoncés et ont rapidement fait le tour de la toile. Plusieurs ont dénoncé le côté sexiste et rétrograde du papier, dont la dramaturge Stéphanie Schneider, bien connue en Suisse.

 

 

 

 

Le journal réagit

La direction a rapidement présenté, au nom du Nouvelliste, ses sincères excuses mercredi midi, heure locale. «Autant le dire, la chronique sur la tenue de Serena Williams était à côté de la plaque. Autrement dit: totalement déplacée» peut-on entre autres lire dans le communiqué partagé sur les réseaux sociaux. Les excuses complètes peuvent être lues ici:

Si plusieurs ont apprécié la réponse du quotidien, d'autres ne sont pas satisfaits.

 

 

 

 

 


Par ailleurs, un journaliste américain avait également soulevé l’indignation, samedi dernier, en demandant à Serena Williams si elle était intimidée par le physique de top-modèle de sa rivale. À lire ici.