/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le Front de Libération des Nichons

Le Front de Libération des Nichons

Coup d'oeil sur cet article

 

Ah que je suis fière des jeunes Québécoises !

 

À l’heure où les Iraniennes revendiquent, au péril de leur vie, le droit de marcher dans la rue sans hijab, les Outremontaises, elles, sont prêtes à retourner chez elles et manquer une journée de classe plutôt que de porter un soutien-gorge.

Comme chacun le sait, le soutif est une invention capitaliste du patriarcat néo-libéral pour opprimer les femmes et renforcer la culture du viol.

Il suffit de vous demander : les gars, est-ce qu'ils en portent, eux, des brassières ? Non ! Alors c’est bien la preuve que ce sous-vêtement est SEXISTE.

Faisons comme Hélène David ! Applaudissons à quatre mains ces Simone de Beauvoir des cours d’école qui narguent le pouvoir dictatorial qui leur IMPOSE de s’habiller comme du monde.

Non mais, a-t-on idée de forcer nos pauvres petits enfants fragiles à faire quoi que ce soit ? Comme se fait-il qu’une personne en autorité a le droit de leur donner son opinion ?

Harcèlement ! Intimidation ! Coercition !

Ces jeunes ne demandent qu’à vivre comme tous les enfants gâtés d’Occident : sans contrainte !

J’imagine que c’est la même chose que ces jeunes répondront à leurs futurs patrons qui leur demanderont de porter un uniforme semblable aux autres employés, de mettre une résille sur leurs cheveux si elles travaillent avec de la nourriture, ou de s’habiller propre si elles travaillent avec le public : elles vont leur lancer un gros « F... you » ou un indémodable « J’ai le dwoua ».

En résistant ainsi à la dictature atroce du soutien-gorge, elles montrent qu’elles se battront jusqu’au bout pour avoir le droit de porter des cheveux roses et des piercings dans le nez si elles travaillent comme juge, comme policière ou comme notaire. Fuck les conventions, aux poubelles les règles vestimentaires, au diable les codes de décorum et de bienséance. Si j’ai le goût de me montrer les nichons moulés dans un t-shirt à ma collation des grades, j’ai le dwoua !

Les femmes iraniennes vous observent avec envie, courageuses pasionarias du t-shirt bedaine. Ce n’est qu’un début, continuez le combat !