/portemonnaie/lifestyle
Navigation

Portraits de jeunes investisseurs en bourse

«Je me disais : mon Dieu! Je vais être millionnaire! Finalement, tout a baissé d’un coup et j’ai perdu 3000$»

Portraits de jeunes investisseurs en bourse
Crédits photo: Sharon McCutcheon/Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les milléniaux sont souvent perçus comme peu intéressés à l’investissement, ces quatre jeunes sont entrés dans l’arène des titres boursiers.   

Je me suis entretenu avec eux pour parler rendement, risque et cannabis.

Christophe (22 ans) : L’adepte de Warren Buffet

Portraits de jeunes investisseurs en bourse
Christophe Caya-Tremblay (à gauche)/ Courtoisie

Christophe s’est intéressé à la bourse vers l’âge de 12 ans. «Mon père et ma mère parlaient d’investissement pendant le souper et ça piquait ma curiosité», se remémore-t-il.

C’est en apprenant davantage sur le mythique Warren Buffet que le «déclic» s’est fait. «Je m’informais par moi-même et je lisais de plus en plus sur ses théories».

À 15 ans, son père lui a ouvert un compte bancaire pour qu’il puisse s’initier au monde des actions. Sa première acquisition a été une part de la multinationale Coca-Cola.

Quelques mois plus tard, Christophe a décidé d’investir dans Berkshire Hathaway, la société de Buffet.

Son intérêt envers le conglomérat d’investissement l’a mené plusieurs fois jusqu’à Omaha au Nebraska afin d’assister au sommet annuel de la compagnie. «Je vais toujours là avec des amis. C’est devenu une sorte de pèlerinage pour moi[...] Il y a des investisseurs des quatre coins du monde avec lesquels on peut partager donc c’est vraiment enrichissant!»

Aujourd’hui, le bachelier en mathématiques et en finances détient un portefeuille assez diversifié avec une quinzaine de titres dans différentes compagnies.

Christophe recommande fortement de s’attarder aux différents résultats d’une compagnie avant d’arrêter son choix. «Je pense que c’est important de consulter les rapports trimestriels et annuels pour se situer par rapport à leur rendement.»

Son conseil pour bien suivre ses activités boursières? Rester informé. « Je lis tous les jours les sections économiques des grands journaux pour me tenir au courant des nouvelles tendances».

Mathieu (29 ans) : L'investisseur au pouce vert 

Portraits de jeunes investisseurs en bourse
Courtoisie

Mathieu n’a jamais été un «gars à l’argent».

Mais à l’aube de la trentaine, l’envie de faire gonfler ses économies l’a envahie. «Pour la première fois de ma vie, j’avais de l’argent qui flottait dans mon compte».

Au lieu de le confier dans les mains des institutions bancaires, il a décidé de l’investir lui-même. «C’était la folie de la marijuana et j’ai un ami qui a fait beaucoup d’argent avec ça donc je me suis dit que je devrais m’y intéresser».

Après s’être informé sur le marché du cannabis, il a décidé d’acheter pour 1000$ d’actions de la compagnie Canopy Growth. En un mois, ses actions ont monté en flèche. «Je me disais : mon Dieu! Je vais être millionnaire! Finalement, tout a baissé d’un coup et j’ai perdu 3000$». 

Cet épisode lui a permis d’apprendre à diversifier son portefeuille plus efficacement. «Au début, je voulais faire de l’argent rapidement donc je prenais plus de risques, mais maintenant avant d’investir dans une compagnie je m’informe beaucoup».

D’ailleurs, le recherchiste en télévision vise l’investissement écoresponsable lorsqu’il choisit les compagnies dans lesquelles il investit. «Je n’investirais jamais dans une pétrolière. [...] et je n’hésiterais pas à sortir mon argent d’une compagnie qui prend des décisions à l’encontre de mes valeurs».

Mathieu croit qu’être un bon investisseur est à la portée de tous. «Si on s’intéresse à cet univers et qu’on a beaucoup de temps, on peut y arriver».

Vincent (24 ans) et Catherine (22 ans) : Le power couple de l’investissement

Portraits de jeunes investisseurs en bourse
Courtoisie

Bien qu’ils soient ensemble depuis quatre ans, Vincent et Catherine partagent depuis peu une affinité pour l’investissement. «Je mets de l’argent de côté depuis que j’ai 17 ans mais j’ai hésité longtemps avant de me jeter là-dedans», confie Catherine, qui investit en bourse depuis seulement six mois.

De son côté, Vincent est un habitué du milieu des actions. «Mon frère m’a montré comment jouer avec des titres sur Questrade il y a cinq ans. [...] Ensuite, j’ai ouvert mon propre compte et j’ai acheté mes premières actions» explique le jeune ingénieur mécanique.

Les deux actionnaires n’optent pas du tout pour le même type d’investissement. Catherine préfère s’assurer une sécurité financière et mise sur des actions avec un rendement plus stable, comme les fonds négociés en bourse. «Je suis consciente que je ne ferai pas beaucoup d’argent, mais j’aime mieux ça comme ça».

Vincent lui est prêt à faire face au risque. «J’accepte l’éventualité que mon argent crash subitement parce que je sais qu’à long terme, c’est le véhicule financier qui va me permettre d’avoir le meilleur rendement». 

Même s’il demeure «optimiste» face à la fluctuation de ses actions, Vincent a tout de même prévu un coussin financier pour l’achat éventuel d’une maison avec sa copine.

«Je crois que c’est important dans la vie d’avoir une partie de son argent qui demeure stable. On ne sait jamais ce qui peut arriver.»

 

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux