/entertainment/celebrities
Navigation

GP du Canada : La rue Crescent prise d’assaut par la Formule 1

GP du Canada : La rue Crescent prise d’assaut par la Formule 1
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

Coup d'oeil sur cet article

Le Festival Grand Prix sur Crescent a accueilli pour la 19e fois ses premiers visiteurs ce jeudi avec une brochette de célébrités donnant le coup d'envoi à l'été.

« C’est la première fois qu’on vient voir la F1 et on est vraiment excité. On vient de New York pour ça. On vient pour l’atmosphère festive incomparable, avoir du bon temps, voir nos voitures rapides préférées et regarder les femmes aussi », avoue en ricanant Steve Kennedy.

Des terrasses pleines, beaucoup de bières, des voitures luxueuses, une compétition d'arrêt aux puits avec des personnalités publiques, des jeux d'arcade : il ne manquait pas de divertissement pour les aficionados de F1 présents pour entamer du bon pied le week-end du Grand Prix.

Une tradition

Pour Sharol Cockburn, une Montréalaise qui participe chaque année aux Festivités du Grand Prix, cet événement est devenu pour elle une tradition incontournable.

« C’est génial, on adore et ça prouve une fois de plus que Montréal est une ville géniale. J’aime voir les gens, les voitures qui sont impressionnantes, mais j’aime surtout vivre chaque année la fièvre de la Formule », explique avec joie Mme Cockburn qui s’apprête à déguster une crème glacée gratuite.

Maxime Lajeunesse, accompagné par ses deux amis, est surtout venu à Montréal durant la F1 pour profiter des soirées festives.

« On est venu sur Crescent en particulier pour les festivités, pis évidemment pour boire de la bière parce qu’il fait beau, donc pour profiter du soleil aussi. On sait que c’est très achalandé à Montréal durant le Grand Prix et que ça devient une ville très vibrante, on vient donc en profiter », avoue M. Lajeunesse qui habite sur la Rive-Sud de la métropole.

6 millions de personnes

Selon les organisateurs de l’événement, plus de 6 millions de visiteurs ont vibré au rythme de la Formule 1 sur Crescent depuis la création du festival en 1999.

« On a vraiment une programmation qui permet à tous les âges et toutes les familles de se ressembler en très grand nombre pour cet événement. Il faut dire qu’un c’est un événement important parce que c’est un de ceux qui donnent le plus de résultats aux commanditaires qui investissent dans la pub aussi », souligne Jean-Paul Mouradian, porte-parole du Festival.

« Les gens, comme vous voyez, sont contents de participer à l’événement parce que c’est gratuit. La beauté du Festival sur Crescent, c’est qu’aucun contribuable ne le paie parce que c’est privé et ils en profitent tous pour autant », ajoute-t-il.

Des policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont confirmé sur place au « 24 Heures » qu’aucun événement ne leur a été signalé en début d'après-midi et que les festivités sur Crescent avaient bien été entamées.